Unités protégées Alzheimer : un espace dédié aux personnes désorientées


Accueil > Alzheimer et maisons de retraite

Catégorie Alzheimer et maisons de retraite
Unités protégées Alzheimer : un espace dédié aux personnes désorientées
Unités protégées Alzheimer : un espace dédié aux personnes désorientées

Déambulation, troubles psycho-comportementaux, dénutrition, fugues, agressivité…, la prise en charge des symptômes inhérents à la maladie d’Alzheimer peut être difficile en EHPAD. Apparus dans les années 70, les Cantou (centres d’activités naturelles tirées d’occupations utiles) ont permis de mettre en place un accompagnement entièrement dédié aux personnes âgées souffrant de troubles cognitifs. Plus tard, ces services ont laissé place aux unités de vie Alzheimer. Des services spécialisés qui offrent un cadre à la fois convivial et sécurisé, favorisant ainsi le bien-être des résidents au quotidien.

 

Qu’est-ce qu'une unité protégée Alzheimer ?

Une unité protégée Alzheimer (UPA), également appelée unité de vie Alzheimer (UVA) ou unité de vie protégée (UVP), est un lieu de vie sécurisé au sein d'un EHPAD. Il s’adresse aux personnes :

   - âgées de 60 ans et plus,

   - atteintes d’une maladie neurodégénérative de type Alzheimer,

   - souffrant de troubles modérés du comportement. 

 

L’accompagnement en UPA vise plusieurs objectifs : 

  - Préserver l'autonomie et la qualité de vie des résidents.

  - Retarder la progression de la maladie et ses effets.

  - Favoriser le bien-être physique, psychologique et social des personnes accompagnées.

  - Offrir un soutien et un répit aux familles et aux aidants.

 

Comment fonctionne une unité protégée Alzheimer ?

Environnement familial et sécurisé, équipe à l’écoute et bienveillante, suivi médical personnalisé et activités stimulantes… Bien plus qu’un hébergement sécurisé, l’unité Alzheimer offre à ses résidents un cadre de vie épanouissant et apaisant.
 

Cadre de vie et sécurité

Les unités Alzheimer sont des services à taille humaine pouvant accueillir entre 10 et 20 seniors atteints de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés. Au sein de ces structures, les résidents sont hébergés dans des chambres individuelles généralement disposées autour d’une salle commune qui sert à la fois de salle de restaurant et de salle d’animations. 

Les UPA sont conçues pour minimiser les risques liés à la désorientation spatiale et temporelle fréquemment associés à la maladie d'Alzheimer. 

Afin de garantir la sécurité des résidents, ces unités peuvent être équipées de différents dispositifs : portes verrouillées avec digicode, espaces extérieurs (jardin ou cours) clôturés, signalétiques claires, équipe de surveillance, etc. 

 

Quel accompagnement en unité protégée Alzheimer ?

Tout au long de leur séjour, les résidents sont accompagnés par une équipe pluridisciplinaire composée de médecins, infirmiers, aides-soignants, ergothérapeutes, psychologues, travailleurs sociaux et animateurs. Ensemble, ils élaborent un plan de soins personnalisé pour répondre aux besoins des résidents. 

Formés à la prise en charge des patients atteints de la maladie d’Alzheimer, ces professionnels exploitent différents outils tels que : 

  - La communication verbale et non verbale pour favoriser les échanges positifs avec les résidents,

  - Une routine structurée mais flexible pour s’adapter aux besoins de chacun,

  - Un soutien émotionnel pour aider les résidents à gérer l’anxiété et le stress,

  - Des thérapies non médicamenteuses pour favoriser le bien-être émotionnel et atténuer les symptômes comportementaux.

La famille est également impliquée dans l’élaboration du projet de vie du résident au sein de l’unité protégée. 

 

Tableau récapitulatif des spécificités de l’accompagnement en unité protégée Alzheimer 

 

Quelles sont les activités proposées au sein des unités de vie protégées ?

S’il n’existe à ce jour, aucun traitement curatif pour la maladie d’Alzheimer, il est toutefois possible d’en retarder l’évolution et d’en soulager les symptômes par le biais de traitements médicamenteux qu’il convient de coupler à des activités thérapeutiques adaptées. Ces dernières offrent de nombreux bénéfices aux résidents : 

  - Les jeux de mémoire, puzzles, quiz et assimilés permettent de stimuler les fonctions cognitives,

  - L’art thérapie favorise la créativité et la communication non verbale,

  - La musicothérapie améliore l’humeur et la mémoire,

  - Des exercices physiques adaptés tels que la gymnastique douce, la marche ou le yoga participent au maintien de la mobilité,

  - Les séances de stimulation sensorielle souvent réalisés au sein d’espaces Snoezelen permettent d’éveiller les sens, d’apaiser et de solliciter la mémoire,

  - Les ateliers de réminiscence organisés autour de discussions, d’album photos ou d’objets significatifs permettent de stimuler la mémoire autobiographique et de rappeler au patient les composants fondamentaux de son identité. 

  - Les jardins thérapeutiques offrent un espace propice à l’apaisement et à la sérénité.

 

Lorsqu’elles sont réalisées en groupe, ces activités permettent notamment aux résidents de sortir de l’isolement et de créer des liens sociaux avec leurs pairs.

 

Pourquoi choisir une unité protégée pour un proche atteint d’Alzheimer ?

La maladie d'Alzheimer est une maladie neurodégénérative progressive qui affecte le cerveau. Elle se caractérise par une perte de mémoire, une altération des fonctions cognitives et des troubles du comportement. Des symptômes qui nécessitent une assistance au quotidien que les proches ne sont pas toujours capables d’assurer.

Avec son architecture adaptée, ses dispositifs de sécurité, son équipe de professionnels qualifiés et ses activités thérapeutiques ciblées, l’unité Alzheimer garantit à ses résidents une prise en charge holistique favorisant leur bien-être physique et psychologique. 

Pour les familles, le placement en unité Alzheimer permet de réduire le stress et la charge mentale qui pèsent sur eux. Rassurés de savoir leur proche entre de bonnes mains, ils peuvent se recentrer sur leur vie personnelle (et éventuellement professionnelle) et profiter de leur temps libre en toute tranquillité d’esprit.

Les aidants peuvent notamment compter sur le personnel bienveillant et à l’écoute de l’UPA pour bénéficier du soutien et de l’accompagnement dont ils ont besoin. Ils peuvent être invités à participer à des réunions d’information sur la maladie d’Alzheimer et rejoindre des groupes de parole leur permettant de partager leur expérience avec d’autres personnes.

 

Comment choisir une unité protégée Alzheimer ?

En France, près de la moitié des EHPAD dispose d’une unité Alzheimer.¹ Une offre diversifiée qui vise à répondre aux besoins des personnes atteintes de démence, mais qui peut également complexifier le choix des familles.

Pour que la transition vers une unité spécifique Alzheimer se fasse en douceur, il convient de procéder par étapes : 

Commencez par définir les besoins et les priorités de votre proche âgé : identifiez son niveau de dépendance (Gir), son stade dans la maladie d’Alzheimer, ses priorités en termes de prise en charge, le budget dont il dispose pour financer son séjour etc.

Renseignez-vous sur les différentes unités existantes dans la zone géographique souhaitée : vous pouvez pour cela consulter l’annuaire des maisons de retraite et EHPAD que Retraite Plus met gracieusement à votre disposition ou contacter l’un de nos conseillers pour obtenir une aide personnalisée. Ce service est gratuit et sans engagement pour les familles.

Visitez les unités Alzheimer présélectionnées : Profitez de ces visites pour observer l'environnement et l'ambiance qui règne au sein de la résidence, poser des questions au personnel et rencontrer des familles de résidents.

Lors de ces visites, vous pourrez par exemple demander :

  - Quelles sont les mesures de sécurité mises en place ?

  - Quel est le ratio personnel/résidents ?

  - Quels types d'activités sont proposées ?

  - Comment sont gérés les troubles du comportement ?

  - Comment sont les relations entre l’équipe de l’UPA et les familles ? etc.

Ces questions peuvent vous aider à savoir si l'unité Alzheimer répond adéquatement aux besoins spécifiques de votre proche et si elle correspond à vos attentes en termes d’approche et de qualité de soins.

 

Unité protégée Alzheimer : combien ça coûte ?

Lorsque l’entrée en EHPAD est envisagée, la question du coût émerge rapidement. Ces coûts peuvent varier en fonction de différents facteurs tels que le statut de l’établissement (public, privé ou associatif), son emplacement géographique ou le standing qu’il propose. 

Comprendre sa facture en Unité Alzheimer

L’Unité Alzheimer fait partie intégrante d’un EHPAD. À ce titre, elle obéit aux mêmes règles de tarification. La facture en Unité Alzheimer se compose donc principalement des trois éléments suivants : 

- Le tarif hébergement, qui correspond aux frais inhérents aux prestations hôtelières (mise à disposition d’une chambre, restauration, entretien des espaces privés et collectifs etc.)

- Le tarif dépendance, qui correspond aux dépenses liées à la prise en charge de la perte d’autonomie. Il est évalué en fonction du Gir du résident. 

- Le tarif soins journaliers, qui correspond aux frais générés par la prise en charge médicale et paramédicale du résident.

Mis à part les soins, qui sont financés par l’Assurance Maladie, les prestations hôtelières et la prise en charge de la dépendance sont à la charge du résident.

 

À quelles aides financières pouvez-vous prétendre ?

Parce que le coût d’un séjour en établissement peut être difficile à assumer pour une personne âgée, différentes aides financières ont été mises en place par les pouvoirs publics.

  - L’Allocation Personnalisée d’Autonomie : versée elle aussi, par le Conseil départemental, l’APA est une aide financière qui couvre une partie du tarif dépendance à domicile ou en établissement. Elle n’est pas attribuée sous conditions de ressources mais le montant alloué dépend du niveau de revenus du demandeur.

En savoir plus sur l’APA. 

  - Les aides au logement : l’Aide personnalisée au logement (APL) peut couvrir les frais d’hébergement en établissement conventionné. Les personnes non éligibles à l’APL peuvent bénéficier (sous conditions) de l’Allocation de logement social (ALS). L’APL et l’ALS sont attribuées par la CAF et ne sont pas cumulables. 

En savoir plus sur les aides au logement.

  - L’Aide Sociale à l’Hébergement : versée par le Conseil départemental, cette aide financière s’adresse aux personnes âgées ne disposant pas de ressources suffisantes pour financer leur séjour en EHPAD, résidence autonomie ou USLD. Pour obtenir cette aide, il faut résider dans un établissement disposant de places réservées aux bénéficiaires de l’aide sociale. Attention toutefois : l’ASH peut faire l’objet d’une récupération du vivant ou au décès du bénéficiaire. 

En savoir plus sur l’ASH.

 

Questions fréquentes

Quelles sont les différentes solutions proposées par les EHPAD pour prendre en charge la maladie d’Alzheimer ?

Tous les EHPAD sont en mesure d’accueillir des personnes âgées souffrant de la maladie d’Alzheimer. Cependant, certains d’entre eux disposent de services dédiés à ces patients : 

  - Les UPA (unités protégées Alzheimer) accueillent principalement des personnes souffrant de troubles modérés du comportement. Ces structures de petite taille proposent une prise en charge globale comprenant l’hébergement, des soins médicaux, une assistance personnalisée et des activités collectives ou individuelles.

 Les PASA (pôles d’activités et de soins adaptés) sont destinées aux personnes souffrant de troubles modérés du comportement. Ilsne proposent pas d'hébergement mais un accueil de jour avec des activités collectives ou individuelles visant à réduire les symptômes de la maladie. Les résidents sont encadrés par des professionnels formés à la prise en charge des maladies neurodégénératives. L’environnement et l’architecture du PASA sont pensés pour rassurer, stimuler et favoriser les interactions sociales entre les résidents.  

  - Les UHR (unités d’hébergement renforcé) proposent tout comme les UPA, un accompagnement holistique des résidents, mais accueille quant à eux, des personnes âgées souffrant de troubles du comportement sévères qui mettent en péril leur sécurité et celle de leur entourage. 

 

Quel est le processus d’admission en Unité protégée ?

Tout comme en EHPAD, le placement en Unité de vie Alzheimer se fait sur dossier d’admission. La transition peut se faire directement depuis le domicile ou depuis la structure d'accueil. C’est le médecin coordonnateur de l’UPA qui décide de valider ou non le dossier d'inscription. Il tient compte pour cela de l’état de santé du patient, de son degré de démence, de ses besoins spécifiques etc. et s’assure qu’il pourra être pris en charge comme il se doit au sein de l’UVP. 

 

¹D’après une enquête de la Fondation Médéric Alzheimer datant de juin 2021.

 Par l'équipe rédactionnelle de Retraite Plus

Publié le 06/03/24

Vous recherchez un établissement disposant d'une Unité Protégée? Nous pouvons vous aider

Quel type de maison recherchez-vous ?

Dans quel département ?

Quel est votre délai d'urgence ?

Coordonnées pour recevoir ma sélection :

Déclaration CNIL n° 141035 | Confidentialité des données | Mentions légales

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,5 avec 799 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée