L'habitat partagé pour seniors


Accueil > Actualités seniors

Catégorie Actualités seniors
L'habitat partagé pour seniors
L'habitat partagé pour seniors

Structure familiale, respect de l’intimité, frais partagés et envie de convivialité, les raisons qui poussent les seniors à s’installer en habitat partagé sont nombreuses. Ce marché florissant d’hébergement seniors s’adapte aux besoins des personnes âgées autonomes mais aussi en perte d’autonomie ou même malades d’Alzheimer. Retraite Plus fait le point sur les différents types d’habitat partagé, le mode de vie et les coûts. 

 

La problématique moderne de l’hébergement pour seniors doit faire face à plusieurs défis émergents. Le vieillissement de la population se combine avec une forte tendance à vouloir rester à domicile mais sans subir les affres de la solitude et de l’isolement. Pour répondre à ces nouveaux besoins, l’offre s’adapte à la demande avec le développement des habitats partagés pour seniors. Qu’ils émanent d’une initiative de plusieurs seniors de se réunir pour vivre ensemble ou de divers acteurs socio-économiques comme des promoteurs privés, des particuliers ou des collectivités, l’habitat partagé répond à certains critères tout en laissant une grande liberté dans les contours du concept. 

 

Qu’est-ce qu’un habitat partagé pour seniors ? 

 

En habitat partagé pour seniors, les colocataires sont des personnes âgées qui choisissent de vivre au sein d’un même logement, avec des pièces communes comme la cuisine, le salon et le jardin, lorsqu’il y en a un, tout en disposant d’un espace privé, généralement une grande chambre ou suite privative avec une salle de bain. Les repas sont pris en commun et les colocataires partagent certaines activités comme les programmes de télévision, le jardinage, la préparation des repas et parfois des sorties. Ils peuvent ainsi rester actifs et organiser leur quotidien comme bon leur semble. Ils sont surtout nombreux à témoigner des avantages de ne pas vivre seuls et d’avoir toujours une personne sur qui compter, de jour comme de nuit. Chacun est libre de vivre à son rythme et de recevoir ses proches, pour autant que tout se fasse dans le respect des règles de cohabitation généralement fixées d’un commun accord entre les locataires. 

 

L’habitat partagé et accompagné 

 

L’habitat partagé et accompagné est une formule de colocation pour seniors qui se développe de plus en plus. Grâce à ce concept, les colocataires peuvent vivre librement leur quotidien tout en bénéficiant d’un accompagnement et de services à leur disposition. Les logements proposés en habitat partagé et accompagné sont, en général, des villas ou de grandes maisons, avec une capacité d’accueil de huit à dix locataires. Ces structures familiales mais organisées permettent notamment à des personnes âgées en perte d’autonomie ou même atteintes de la maladie d’Alzheimer d’accéder à la colocation pour seniors dans des conditions optimales et avec une prise en charge adaptée à leurs besoins. Ainsi, la présence d’une auxiliaire de vie, par exemple, permet à des personnes âgées de Gir 3 et 4 de compter sur un accompagnement dans les gestes du quotidien. Certaines colocations peuvent accepter des personnes du Gir 1, le plus fort degré de dépendance, lorsqu’ils ont les possibilités matérielles et humaines de les prendre en charge. 




Quels sont les services proposés en habitat partagé accompagné?

Associations, collectivités locales ou porteurs de projets privés peuvent décider de créer des habitats partagés et accompagnés. En plus de l’hébergement, ils proposent généralement diverses prestations et services inclus dans la facture mensuelle. Voici le type de prestations que peut proposer un habitat partagé accompagné : 

 

  • Un hébergement en chambre individuelle avec salle de bain privative

  • Une formule hôtelière en pension complète avec blanchissage, entretien et autres prestations d’aide à domicile

  • Un système de téléassistance

  • Une auxiliaire de vie présente une partie de la journée ou en permanence selon les besoins des locataires

  • Une gestion administrative avec une aide au quotidien pour gérer les demandes des locataires, la coordination avec les professionnels de santé ou tout autre besoin éventuel. 

  • Certaines colocations proposent également l’organisation de sorties et d’animations à la manière des résidences services seniors. 

 

Deux types d’habitat partagé pour seniors : l’habitat inclusif et l’habitat participatif

 

Qu’est-ce que l’habitat participatif ?

S’il ne faut pas confondre les deux termes, un habitat partagé entre seniors peut parfois être participatif. Comme son nom l’indique, un “habitat participatif” est une initiative de familles, de communautés ou d’un ensemble de personnes qui se réunissent autour d’un projet immobilier commun. Ils vont créer un logement qui correspond à leurs besoins pour y vivre ensuite selon les règles qu’ils ont eux-mêmes fixées. Ainsi, plusieurs seniors peuvent se réunir pour créer un habitat partagé participatif. Ils sont à la fois colocataires et propriétaires du logement. L’habitat participatif est régi par la loi Alur qui reconnaît cette démarche comme une “démarche citoyenne”. Les personnes âgées qui se réunissent autour de ce projet peuvent non seulement partager des valeurs et un mode de vie commun mais sont aussi acteurs de leur projet d’habitation, parfois même depuis les débuts de sa conception, avec l'acquisition du terrain, la conception architecturale et la réalisation des travaux. Ils peuvent également choisir d’acheter une villa, un château ou un complexe d’appartements afin d’y créer leur futur habitat partagé. Ils décident des éventuels espaces de plein air, terrasses et jardins, des espaces communs et des pièces privatives. Au sein d’un même immeuble, chacun peut disposer de son propre appartement, avec une grande pièce commune qui peut faire office de salle de réunion et de partage pour passer de bons moments et échanger avec les voisins. Un logement participatif peut également être intergénérationnel et il n’est pas rare de voir des groupes de personnes, jeunes et moins jeunes, décider de créer ensemble un habitat partagé. L’habitat groupé participatif permet de définir ses propres priorités et de bénéficier d’un habitat sur mesure. 

 

Qu’est-ce que l’habitat inclusif ?

 

L’habitat inclusif est un mode d’habitation groupée permettant aux personnes âgées ou aux personnes en situation de handicap de choisir de vivre ensemble autour d’un projet de vie sociale. Au sein de petites structures, elles disposent d’un espace de vie individuel et participent à des temps et à des activités de groupe. Elles bénéficient également de services à la personne.L’habitat inclusif est défini par la loi ELAN,  pour l’évolution du logement, de l’aménagement et de la transition numérique, du 23 novembre 2018. On trouve en France divers projets d’habitat inclusif destiné à des seniors en perte d’autonomie liée à l’âge ou à un handicap. Pour participer à un habitat inclusif et contrairement à une entrée en EHPAD, il n’existe aucun lien avec un dispositif d’orientation sociale ou médico-sociale. Une entrée en habitat inclusif dépend de l’unique choix de l’intéressé. Les projets d’habitat inclusif sont portés par divers acteurs de la société. Il peut s’agir d’associations, de représentants d’aidants familiaux, souvent en collaboration avec les collectivités locales, les communes mais également les bailleurs sociaux, les prestataires de services à la personne et les gestionnaires d’établissements et services médico-sociaux. Au sein d’un habitat inclusif, chaque locataire signe généralement un bail avec l’association propriétaire de l’appartement. Les colocataires peuvent prendre des décisions communes, comme, par exemple, mettre en commun une partie de leur allocation personnalisée d’autonomie versée par le conseil départemental pour financer une présence continue jour et nuit pour garantir leur sécurité. Les pouvoirs publics peuvent participer en finançant par exemple un animateur jouant le rôle d’intermédiaire avec l’extérieur, gérant les activités et répondant aux besoins des locataires. 

 

Une autre forme d’habitat partagé :  la colocation intergénérationnelle

 

En colocation intergénérationnelle, jeunes et moins jeunes se rencontrent. Ils peuvent partager des repas, des sorties mais ils occupent surtout ….le même appartement. Les seniors qui se retrouvent souvent dans un appartement trop grand après le départ de leurs enfants sont contents de pouvoir compter sur la compagnie d’un jeune et en même temps de compléter leur pension de retraite avec une entrée supplémentaire. Les jeunes locataires, qui peuvent être des étudiants mais pas forcément, sont, quant à eux, contents de profiter d’un logement sécurisé, calme et bon marché. Certaines agences s’occupent de mettre en relation les hôtes avec les locataires et de régler toutes les questions administratives, relatives au contrat et à la récupération des loyers.  Il existe également une forme de colocation intergénérationnelle solidaire. Le cadre légale de cette cohabitation entre jeunes et moins jeunes est défini par la loi ELAN. Il s’agit en effet d’une cohabitation solidaire puisque les deux parties signent un contrat prévoyant ainsi un logement pour le jeune en échange d’une contrepartie financière peu élevée et des “menus services” comme des moments d’échange et de partage avec son colocataire âgé.      

 

Quels sont les tarifs en habitat partagé pour seniors? 


En fonction de la nature très libre et diversifiée des logements pour colocation seniors, il est très difficile de donner un tarif moyen pour toute la France. La première variante est donc relative aux prix du marché de l’immobilier dans chaque région. Ce qu’il est important de vérifier avant tout, c’est ce que comprend le tarif demandé. Il est évident que si chaque locataire peut parfois payer en moyenne 500 euros pour un logement partagé dans le Gard, par exemple, les tarifs seront bien plus élevés s’ils comprennent des aides à domicile et un accompagnement. Dans ce cas, le prix mensuel est supérieur mais il inclut tout. Les locataires n’ont aucune dépense supplémentaire à ajouter pour les aides extérieures, les auxiliaires de vie, les services d’aide à domicile et autres prestations qui sont souvent onéreuses. Il est important de préciser qu’il existe des aides financières de l’Etat lorsque l’on est en habitat partagé pour seniors, accompagné ou non. On peut notamment compter sur l’APA à domicile et le crédit d’impôtpour diminuer les frais du personnel fournissant les aides et le maintien à domicile.

 

 

Rédaction : Rachel Gaillard
2 janvier 2023

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,3 avec 183 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :

Gignoux 23/01/2023 06:40
Bonjour Je vous remercie pour votre information. Je suis intéressée par l'habitat partage mais votre article n'est pas assez précis quant aux tarifs...500 € dans "le Gard"? Mais où? Et les autres régions? Quels sont les bailleurs? Est ce possible en France? En Europe? Bref... N'ayant pas de famille c'est une solution qui m'intéresse... Cordialement
Rachel Gaillard 23/01/2023 08:03
Bonjour, il s'agit d'un exemple et d'un article informatif pour présenter le concept. Si vous souhaitez de plus amples informations, des conseils adaptés à votre situation et une liste de colocations avec les tarifs dans plusieurs régions de France, je vous invite à contacter gratuitement l'un de nos conseillers au 0800 941 340.



Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée