Comprendre le GIR en EHPAD


Accueil > Maison de retraite > Quand envisager l'entrée en maison de retraite ?

La détermination du GIR constitue une pierre angulaire dans la prise en charge des résidents en EHPAD. Cette classification, échelonnée de 1 à 6, permet de mesurer le degré de dépendance des personnes âgées et est au cœur de l’élaboration du projet de vie personnalisé en établissement. Elle permet également de déterminer le montant de l’APA, une allocation d’autonomie destinée aux personnes âgées en perte d’autonomie modérée à sévère.  

La détermination du GIR constitue une pierre angulaire dans la prise en charge des résidents en EHPAD. Cette classification, échelonnée de 1 à 6, permet de mesurer le degré de dépendance des personnes âgées et est au cœur de l’élaboration du projet de vie personnalisé en établissement. Elle permet également de déterminer le montant de l’APA, une allocation d’autonomie destinée aux personnes âgées en perte d’autonomie modérée à sévère.

Qu’est-ce que le GIR ?

Le GIR, ou Groupe Iso-Ressources, est un outil d'évaluation de la perte d'autonomie des personnes âgées en France. Cette classification est effectuée au regard de la grille AGGIR. Elle est utilisée par les professionnels de la santé et du secteur social pour évaluer les besoins des seniors en termes d'assistance et pour déterminer le niveau d'aide financière approprié. Elle contribue à garantir une prise en charge adaptée aux besoins spécifiques des aînés en perte d'autonomie. 

À quoi correspondent les différents niveaux de GIR ?

Il existe six niveaux de GIR, le niveau 1 correspondant à la dépendance la plus sévère et le niveau 6 à la perte d’autonomie la plus faible.

  • Le GIR 1 est attribué aux personnes âgées les plus dépendantes physiquement et psychologiquement. Elles sont généralement alitées et doivent être assistées en permanence.

  • Le GIR 2 est attribué aux personnes qui sont dépendantes physiquement, mais pas psychologiquement ou l’inverse.

  • Le GIR 3 est attribué aux seniors dont les facultés mentales sont conservées, mais qui ne sont que partiellement autonomes au niveau physique. Elles ont besoin d’être assistées plusieurs fois par jour.

  • Le GIR 4 est attribué aux personnes qui ne peuvent pas assurer seules leurs transferts, mais peuvent effectuer des déplacements une fois qu’elles ont été aidées. Elles doivent également être parfois assistées pour s’habiller ou pour faire leur toilette.

  • Le GIR 5 est attribué aux personnes âgées nécessitant une assistance ponctuelle (repas, toilette, ménage).

  • Le GIR 6 est attribué aux seniors autonomes, capables d’effectuer seuls les actes de la vie quotidienne.

 

Pourquoi le GIR est-il crucial dans le choix d’une maison de retraite ?

En France, il existe différents types de maisons de retraite répondant aux besoins spécifiques d’une population âgée relativement éclectique.

  • Les EHPAD s’adressent principalement aux personnes âgées en perte d’autonomie (GIR 1 à 4) nécessitant des soins médicaux réguliers et une assistance dans les gestes de la vie courante. 

  • Les USLD (Unités de Soins Longue Durée) disposent de ressources humaines et matérielles étendues, leur permettant d’accueillir des personnes âgées très dépendantes sur le plan physique ou psychologique, nécessitant une surveillance médicale constante.

  • Les résidences services  sont des maisons de retraite non médicalisées qui accueillent des seniors indépendants (GIR 5 - 6) capables de gérer leur quotidien de façon autonome.

La détermination du GIR ainsi que l’évaluation de l’état de santé général permet donc d’orienter un futur résident vers une structure adaptée, disposant d’une offre de services répondant à ses besoins et attentes.

 

Comment le GIR est-il évalué ?

L'évaluation du GIR est généralement réalisée par un professionnel de santé dans le cadre d'une évaluation globale de l'autonomie d'une personne âgée.

Les critères de la grille AGGIR

L’évaluation du degré de dépendance en maison de retraite ou à domicile est effectuée par le biais de la grille AGGIR (Autonomie Gérontologie Groupes Iso-Ressources). Élaborée à l’échelle nationale, cette grille mesure la capacité des personnes âgées à effectuer différents actes de la vie quotidienne. Elle comprend 10 items discriminants (c’est-à-dire, comptabilisés dans le calcul du GIR) et 7 items illustratifs (non pris en compte dans ce calcul) qui permettent d’analyser les capacités de la personne âgée dans différents domaines.

Les 10 critères discriminants sont les suivants : 

  1. Cohérence : s'exprimer et se comporter de façon cohérente.

  1. Orientation : se repérer dans le temps et dans l'espace. 

  1. Toilette : se laver et faire sa toilette.

  1. Habillage : s'habiller et se déshabiller seul.

  1. Alimentation : manger les plats préparés.

  1. Élimination : contrôler l’élimination urinaire et fécale.

  1. Transfert : se lever, se coucher et s'asseoir.

  1. Déplacement à l'intérieur du domicile ou de la maison de retraite 

  1. Déplacement à l'extérieur de son lieu de vie 

  1.  Communication à distance : utiliser différents moyens de communication à distance tels que le téléphone, un système d’alarme…

 

D’après ces 10 critères, le médecin peut déjà classer la personne âgée dans un groupe. Mais il peut également examiner sept autres variables pour aider l’équipe médico-sociale à élaborer plus précisément son plan d’aide. Ces critères prennent en compte la capacité de la personne sondée à :  

  1. Gérer son budget et ses biens personnels.

  2. Préparer ses repas.

  3. Entretenir son domicile.

  4. Se déplacer en utilisant un moyen de transport.

  5. Effectuer des achats.

  6. Suivre un traitement médicamenteux.

  7. Pratiquer diverses activités pour occuper son temps libre.

Chacune des variables est évaluée à l’aide de trois notes : A, B et C.

A - si les actes sont effectués tout seul, complètement, correctement et de façon spontanée.

B - s’ils sont effectués partiellement et/ou non correctement

C - si la personne ne les réalise ni complètement, ni correctement, ni de façon spontanée.

Consulter les critères de la grille nationale AGGIR (Cerfa n°11510*01).

 

Processus d’évaluation du GIR en pratique

Comme nous l’avons précédemment expliqué, le GIR est évalué au regard de la grille AGGIR. Une fois tous les items évalués, les points sont additionnés pour obtenir un score total. Ce score permet de classer la personne dans l'un des six groupes Iso-ressources. 

Dans le cadre d’une demande d’APA à domicile, l’équipe médico-sociale du Conseil départemental se rend chez la personne âgée pour évaluer son degré de dépendance. Ces professionnels s’assurent ainsi que le demandeur remplit les conditions de perte d’autonomie nécessaires à l’obtention de l’APA. 

Dans le cadre d’une demande d’APA en établissement, c’est le médecin coordonnateur qui est chargé de déterminer le GIR du résident au cours du mois suivant son arrivée. 

Cette évaluation s’effectue sur la base de questions et d’observations permettant au praticien d’analyser les critères précités. Au cours de cet entretien d’une ou deux heures, il peut par exemple demander à la personne interrogée : 

  • Pouvez-vous vous habiller ou vous déshabiller seul(e) ?

  • Pouvez-vous passer du lit à la chaise et inversement sans aide ?

  • Avez-vous besoin d’aide pour faire votre toilette ?

Il peut également examiner la personne âgée et l’inviter à réaliser quelques gestes simples afin de mieux apprécier ses capacités fonctionnelles.

Lorsque cette évaluation a lieu à domicile, l’équipe en charge de l’évaluation peut visiter les différentes pièces du lieu de vie du senior pour s’assurer qu’elles sont adaptées à ses besoins et si nécessaire, prévoir une adaptation du logement dans le cadre du plan d’aide qui sera élaboré. 

Les implications du GIR sur les soins et les coûts en EHPAD

L'importance du classement en GIR est capitale. Il permet non seulement de personnaliser la prise en charge en EHPAD mais aussi de calculer le montant de l'Allocation Personnalisée d'Autonomie (APA).


Quel est l’impact du GIR sur le projet de vie personnalisé ?

Le projet de vie personnalisé est un document essentiel qui définit les soins et les services dont chaque résident a besoin pour maintenir son autonomie et son bien-être en EHPAD. Il est élaboré par une équipe pluridisciplinaire, en concertation avec la personne âgée (ou son représentant légal) et révisé régulièrement pour garantir une prise en charge holistique, personnalisée et adaptée aux besoins de chacun. 

Pour élaborer ce projet, l’équipe médico-sociale recueille de nombreuses informations concernant les habitudes de vie de la personne âgée, ses centres d'intérêt, son état de santé mais aussi son niveau de dépendance. Dans ce contexte, le GIR permet de cerner avec précision les capacités physiques et cognitives du résident et de façonner pour lui un programme de soins, d’accompagnement et d’activité sur-mesure.  

 

Comment le GIR affecte-t-il les coûts d’hébergement en EHPAD ?

En EHPAD, la tarification est dite “ternaire”, c’est-à-dire qu’elle s’appuie sur les trois éléments que sont les prestations hôtelières délivrées par la maison de retraite, les soins médicaux prodigués et la prise en charge de la dépendance.

Le tarif « dépendance » diffère en fonction des structures d'accueil mais aussi en fonction du degré de dépendance de la personne accueillie. Concrètement, plus la perte d’autonomie est importante, plus le tarif dépendance est élevé.

Le tarif dépendance se subdivise en trois catégories en fonction du GIR de la personne âgée.

  • Le tarif correspondant au GIR 1 et 2 est le plus élevé. Il concerne les personnes âgées en perte d’autonomie sévère.

  • Le tarif correspondant au GIR 3 et 4 est intermédiaire. Il concerne les personnes âgées en perte d’autonomie modérée.

  • Le tarif correspondant au GIR 5 et 6 est le plus faible. Il concerne les personnes autonomes.

 

L’APA : une aide financière incontournable pour les seniors en perte d’autonomie 

Les personnes âgées en perte d’autonomie résidant à domicile ou en établissement peuvent percevoir l'Allocation Personnalisée d'Autonomie (APA). 

L’APA est une aide financière versée par le Conseil départemental aux personnes âgées de 60 ans et plus ayant besoin d’aide pour réaliser les gestes de la vie quotidienne. Elle couvre une partie du tarif dépendance en EHPAD ou en USLD.

Le montant de l’APA est fonction du degré de dépendance du bénéficiaire. L’attribution de cette aide n’est pas soumise à condition de ressources mais le reste à charge varie en fonction des revenus du bénéficiaire.

En 2024, le plafond de l’APA est fixé à : 

  • 1 942.49 euros par mois pour le GIR 1

  • 1 571.75 euros par mois pour le GIR 2

  • 1 135.92 euros par mois pour le GIR 3

  • 758.02 euros par mois pour le GIR 4

Les GIR 5 et 6 ne peuvent percevoir l’APA.

 

Vous souhaitez en savoir davantage sur les aides publiques auxquelles vous pouvez prétendre en EHPAD ? N’hésitez pas à consulter notre page dédiée aux aides financières.

Vous êtes à la recherche d’une maison de retraite ? Pour simplifier vos démarches, Retraite Plus met gratuitement à votre disposition, un annuaire des maisons de retraite en France.

Un conseil ? Des questions ? Contactez-nous !

 

Par l'équipe rédactionnelle de Retraite Plus

Publié le 28/02/24

 

img
Les groupes iso-ressources (GIR) permettent de classer les personnes en fonction des différents stades de perte d'autonomie.

img
L’APA ou l’Allocation personnalisée d'autonomie est la plus importante des allocations versées aux personnes âgées dépendantes.

Pourquoi faire appel à Retraite Plus

Aide personnalisée. Démarches facilitées. Et c’est gratuit !

Un service 100% gratuit pour les familles
Un conseiller dédié tout au long des recherches
Une recherche ciblée en fonction des besoins
Un large panel de solutions proposées
Noté Excellent (4.7/5) par les familles conseillées
Plus de 2000 établissements partout en France
Newsletter / Recevez chaque mois l'actu du grand-âge
Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée