Un premier médicament contre Alzheimer autorisé aux Etats-Unis


Accueil > Alzheimer et maisons de retraite

Catégorie Alzheimer et maisons de retraite
Un premier médicament contre Alzheimer autorisé aux Etats-Unis
Un premier médicament contre Alzheimer autorisé aux Etats-Unis

Tandis que les traitements actuels de la maladie d’Alzheimer se concentrent sur les symptômes, un médicament visant à ralentir la progression de la maladie vient d’être autorisé par l’Agence américaine des médicaments, (FDA). Entre promesses, efficacité et limites, que représente ce nouveau médicament dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer ?

Comment agit l’Aduhelm contre la maladie d’Alzheimer ?

Rappelons que la maladie d’Alzheimer se manifeste par deux caractéristiques physiologiques au niveau du  cerveau : la présence de plaques séniles et la dégénérescence neurofibrillaire. Si certains facteurs de risque sont mis en évidence, nous ne connaissons, à ce jour, pas de cause particulière provoquant ces mécanismes liés à la maladie. Les plaques séniles sont constituées principalement d’un peptide amyloïde, normalement présent dans l’organisme, mais qui a tendance, dans un cerveau atteint de la maladie, à s’agréger et à s’enchevêtrer sous la forme de plaques séniles, en continuelle augmentation. C’est sur l’accumulation anormale de cette protéine, la bêta-amyloïde, que le nouveau médicament fabriqué par l’entreprise pharmaceutique Biogen est censé concentrer son action. En effet, l’Aduhelm, ou Aducanumab, du nom de la molécule qu’il utilise, fait partie des traitements à base d’anticorps monoclonaux. Cet anticorps de type monoclonal est utilisé pour combattre la protéine  bêta-amyloïde responsable des différents dysfonctionnements à l’origine de la maladie. Ce nouveau traitement remet ainsi au goût du jour la piste de l’immunothérapie face à la maladie d’Alzheimer. Son mode d’administration se fait en intraveineuse une fois par mois. Le coût du médicament est estimé à 56 000 dollars par an, par personne, qu’il sera possible de se faire rembourser selon le type de couverture santé souscrite par chaque patient. 

 

Le premier traitement Alzheimer approuvé depuis 2003

Cette autorisation récente par la FDA, fait de l’Aduhelm le premier traitement contre la maladie d’Alzheimer approuvé depuis dix-huit ans par l’agence américaine, mais surtout, le premier qui cible la maladie elle-même ainsi que le déclin cognitif et non plus ses symptômes uniquement ou les différents troubles du comportement. Plusieurs paramètres ont pesé dans la balance avant de conduire à cette autorisation. Cependant, la FDA a émis un bémol en accordant une autorisation conditionnelle au traitement qui doit continuer de faire ses preuves. Elle a ainsi demandé à Biogen de poursuivre ses essais cliniques afin de vérifier les bénéfices de l’Aduhelm et d’apporter différentes précisions comme le profil idéal du patient et la posologie la plus adaptée. 

 

Quels sont les bénéfices et les limites de l’Aducanumab?

 

Si l’Aduhelm apporte un édifice non négligeable à la lutte contre la maladie d’Alzheimer, sa récente autorisation de mise sur le marché américain ne fait toutefois pas encore l’unanimité auprès des experts. Le manque d’une efficacité probante a parfois été mis en cause. La FDA a notamment justifié son autorisation par le “besoin urgent de traitement” et par une volonté manifeste de la part des patients d’accepter une certaine incertitude dans l’utilisation d’un traitement qui pourrait par ailleurs “avoir des effets significatifs.” Au regard de différents avis scientifiques concernant l’utilisation de ce médicament, certaines grandes lignes se sont dégagées. S’il ne fait aucun doute que cette autorisation marque un grand pas dans l’histoire de la recherche pour la maladie d’Alzheimer, l’enthousiasme doit rester tempéré. Il ne s’agit en aucun cas d’un “remède miracle” contre la maladie. Les différents essais cliniques de phase III ont certes permis de montrer une réduction des plaques bêta-amyloïdes et du déclin cognitif de 23%.

Cependant, certains experts soulignent notamment le fait que ce traitement permet surtout de ralentir le déclin cognitif mais pas de guérir la maladie. Par ailleurs, l’efficacité du traitement semblerait concerner essentiellement les patients à un stade précoce de la maladie, c’est-à-dire présentant une déficience cognitive encore faible et une démence légère. On ajoute également que certains effets secondaires apparemment réversibles et peu fréquents ont été identifiés et la prise du médicament doit faire l’objet d’une surveillance médicale régulière durant le traitement. Il s’agit essentiellement de maux de tête, de chutes, de réactions allergiques et parfois de risque d’oedèmes ou de micro-saignements dans la région du cerveau qu’il est important de surveiller. La balance bénéfices/risques a toutefois conduit la FDA à autoriser le traitement au vu du résultat sur la diminution des plaques qu’elle estime “consistant et très convaincant.” 

Si l’autorisation de la FDA concernant l’Aducanumab ne signifie pas encore l’éradication d’Alzheimer et que nous ne pouvons toujours pas nous réjouir d’avoir vaincu la maladie, elle apporte toutefois un grand espoir. Elle nous permet surtout d’espérer que cette grande découverte représente le début d’une nouvelle voie vers une série de progrès conduisant au résultat optimal. 




Rédaction : Rachel Gaillard
13 juin 2021, à 22h37

Partagez cet article :



Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée