Évolution rapide de la maladie d’Alzheimer : ce qu’il faut savoir


Accueil > Blog > Alzheimer et maisons de retraite

Catégorie Alzheimer et maisons de retraite
Évolution rapide de la maladie d’Alzheimer : ce qu’il faut savoir
Évolution rapide de la maladie d’Alzheimer : ce qu’il faut savoir

L'évolution rapide de la maladie d'Alzheimer est une réalité complexe et souvent déconcertante pour les personnes atteintes, leurs familles et les professionnels de la santé. Alors que cette maladie se caractérise généralement par une progression lente, certaines personnes connaissent une détérioration cognitive fulgurante, posant des défis uniques en matière d’accompagnement et de soutien. Comprendre les causes, les symptômes et les stratégies d'adaptation face à cette évolution accélérée est essentiel pour offrir une assistance efficace et améliorer la qualité de vie des personnes concernées. 

 

Comprendre la maladie d’Alzheimer

Reconnaître les symptômes de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce permet de mettre en place un plan de soins adapté et d’accroître l’efficacité des traitements délivrés.

Qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer ?

La maladie d'Alzheimer est la forme la plus courante de démence. Elle se caractérise par une affection neurodégénérative progressive qui affecte principalement les fonctions cognitives, telles que la mémoire, le raisonnement et la capacité à effectuer des tâches simples du quotidien. Sur le plan organique, elle se caractérise par des lésions cérébrales dues à une accumulation anormale de protéines dans le cerveau, entraînant la mort des neurones et la détérioration des connexions neuronales. À ce jour il n’existe hélas, aucun traitement permettant de soigner la maladie d’Alzheimer. Cependant, la combinaison de traitements médicamenteux et de thérapies alternatives permet de réduire les symptômes de la maladie et d'améliorer la qualité de vie des personnes atteintes. Des traitements d’autant plus efficaces lorsqu’ils sont mis en place à un stade léger de la maladie d’Alzheimer, d’où l'intérêt du diagnostic précoce.

 

Facteurs accélérant l’évolution de la maladie d’Alzheimer

Dans la plupart des cas, la maladie d’Alzheimer se déclare après 65 ans. Pourtant, le processus de dégénérescence cérébral se déclenche plusieurs années avant l’apparition des premiers symptômes. Si l’âge constitue le premier élément de risque de la maladie d’Alzheimer, l’Inserm cite d’autres facteurs susceptibles d'accélérer la progression de cette maladie, notamment : 

  • - certains troubles cardiovasculaires et maladies favorisant leur survenue telles que l'hypertension artérielle, le diabète, les AVC, l'obésité,

  • - la sédentarité,

  • - les traumatismes crâniens,

  • - les anesthésies répétées,

  • - l’abus d’alcool, la consommation de tabac ou de certains médicaments tels que les anxiolytiques ou les somnifères.

Précisions également que la composante génétique peut participer à créer un terrain favorable au développement de la maladie d’Alzheimer. Toujours selon l’Inserm, « le risque de développer la maladie est en moyenne multiplié par 1,5 si un parent du premier degré est touché, et par 2 si au moins deux le sont. » 

Cependant, dans 99% des cas, la maladie d’Alzheimer est sporadique c’est-à-dire non héréditaire. La présence de certains gènes tels que le gène ApoE peut favoriser le risque de développer la maladie sans la provoquer de façon systématique.

 

Reconnaître les signes d’une évolution rapide

Généralement, la maladie d’Alzheimer évolue en sept stades définis par l’échelle de Reisberg. Dans les cas d'une progression rapide de la maladie, les symptômes peuvent s'aggraver rapidement, conduisant à une perte significative d'autonomie, des troubles de la parole et de la communication, des difficultés à reconnaître les proches, ainsi que des troubles comportementaux et psychologiques.

 

Maladie d’Alzheimer : quels sont les symptômes qui doivent alerter ?

La maladie d’Alzheimer affecte en premier lieu l’hippocampe qui est aussi le siège de la mémoire et de l’apprentissage. Dans la plupart des cas, ce sont donc des oublis à répétition, des difficultés à suivre le fil d’une conversation ou à se souvenir d'événements récents qui alertent l’entourage. 

Au fil de l’évolution de la maladie, ces déficits vont s’accentuer et d’autres vont faire leur apparition. La personne atteinte peut rencontrer des difficultés à effectuer des tâches quotidiennes familières, à se repérer dans le temps et dans l’espace, et souffrir de changements d'humeur et de personnalité. 

Ses capacités de raisonnement et de concentration peuvent également décliner, au point de la rendre inapte à prendre des décisions ou à gérer ses finances de façon indépendante.

La maladie d’Alzheimer entraîne une perte d’autonomie progressive pouvant aboutir, à des stades avancés, à une dépendance totale nécessitant une surveillance et un accompagnement permanents.

Précisons toutefois que la maladie d’Alzheimer peut évoluer différemment selon les individus. L’ordre d’apparition des symptômes ainsi que la progression du déclin cognitif varient selon les malades. Raison pour laquelle la prise en charge doit être personnalisée et flexible afin de s’adapter aux besoins évolutifs du patient.

En savoir davantage surles signes précurseurs de la maladie d’Alzheimer

 

 

Évolution fulgurante de la maladie d’Alzheimer

L'évolution rapide de la maladie d'Alzheimer est une manifestation particulièrement déconcertante de cette affection neurodégénérative. Alors que la maladie progresse généralement lentement sur plusieurs années, certaines personnes connaissent une accélération soudaine de leurs symptômes, entraînant une détérioration cognitive et fonctionnelle rapide.

Cette progression fulgurante peut se manifester par une augmentation brutale des troubles de la mémoire, de la confusion, de la désorientation et des changements de comportement. Les personnes touchées peuvent perdre leur capacité à reconnaître leurs proches, à effectuer des tâches quotidiennes simples, voire à communiquer efficacement.

Les facteurs sous-jacents à cette évolution rapide ne sont pas entièrement compris, mais ils pourraient inclure des variations génétiques, des lésions cérébrales préexistantes, ainsi que des comorbidités médicales telles que les maladies cardiovasculaires. Cette forme plus rapide de la maladie d'Alzheimer pose des défis supplémentaires aux patients, aux familles et aux professionnels de la santé, nécessitant une adaptation rapide des plans de prise en charge et de soutien.

La recherche se concentre sur l'identification des facteurs de risque et des mécanismes sous-jacents à cette dégradation accélérée, dans l'espoir de développer des stratégies de prévention et des interventions plus efficaces pour ces personnes particulièrement vulnérables.

Une étude publiée dans le Journal of Neurology, Neurosurgery and Psychiatry démontre qu’il est possible de prévoir l’évolution de la maladie d’Alzheimer en observant l’accumulation de la protéine Tau dans le cerveau grâce au système d’imagerie TEP (Tomographie par émission de positrons). Une vision à long terme qui pourrait contribuer de façon significative à améliorer et à adapter l'accompagnement des seniors atteints de cette maladie neurodégénérative.

 

 

 

Évolution rapide de la maladie d’Alzheimer : préparation et adaptation au quotidien

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer peuvent continuer à vivre à domicile mais cela nécessite toutefois de prévoir quelques adaptations et aménagements visant à garantir leur sécurité, leur bien-être et leur qualité de vie.

Adapter son environnement

Si vous envisagez de maintenir à domicile un proche âgé atteint de la maladie d'Alzheimer, sachez que plusieurs dispositifs peuvent aider à créer un environnement favorable :

  • - Supprimer les obstacles : éliminez les objets encombrants ou potentiellement dangereux dans l'espace de vie de votre proche. Assurez-vous que les chemins de circulation sont dégagés pour éviter les chutes et les accidents.

  • - Fournir des repères visuels : utilisez des signaux visuels clairs pour aider la personne malade à se repérer dans son environnement. Vous pouvez par exemple, placer des étiquettes sur les portes, les tiroirs et les armoires pour indiquer leur contenu, ainsi que des panneaux directionnels pour la guider vers les différentes pièces de la maison.

  • - Simplifier la disposition : réduisez la complexité de l'environnement en limitant le nombre d'objets et en maintenant une organisation cohérente. Utilisez des meubles simples et fonctionnels et évitez les motifs visuels complexes qui pourraient induire en erreur ou causer de la confusion.

  • - Installer des dispositifs de sécurité : vous pouvez notamment installer des verrous de sécurité sur les portes et les fenêtres pour prévenir les fugues et les situations dangereuses. Ou encore utiliser des barrières de sécurité pour restreindre l'accès à des zones potentiellement dangereuses comme les escaliers.

  • - Créer des zones de confort : aménagez des espaces calmes et confortables où la personne peut se détendre et se reposer. Utilisez des couleurs apaisantes et des textiles doux pour créer une atmosphère accueillante.

  • - Favoriser l'orientation temporelle : utilisez des horloges, des calendriers et des aides visuelles pour aider la personne à se situer dans le temps. Vous pouvez par exemple afficher des photos de famille pour stimuler les souvenirs et renforcer le sentiment de familiarité.

  • - Encourager l'activité physique et mentale : créez des opportunités pour que votre proche reste actif physiquement et mentalement. Des promenades régulières, des jeux de mémoire et des activités sensorielles peuvent contribuer à stimuler les sens et à maintenir l'engagement cognitif.

 

Le rôle du soutien familial et professionnel

En France, 3 millions de personnes seraient concernées par la maladie d’Alzheimer et parmi elles, 2 millions d’aidants¹. Conjoints, enfants voire petits-enfants se consacrent avec un dévouement remarquable à la prise en charge de leur aîné atteint de la maladie d’Alzheimer. L’aide apportée peut se matérialiser sous différentes formes : 

  • - Assistance dans les gestes de la vie quotidienne,

  • - Soutien psychologique,

  • - Stimulation cognitive, 

  • - Démarches administratives,

  • - Communication et écoute active,

  • - Aide au maintien de l’autonomie et de la vie sociale etc.

Cet accompagnement nécessite du temps, de la patience et de l’énergie. Souvent très impliqués dans leur rôle, les aidants ont tendance à mettre leur vie de côté pour répondre aux besoins de leur proche. Un surmenage qui peut conduire à de l’épuisement, du stress et de l’anxiété. C’est pourquoi, les aidants aussi, doivent prendre soin d’eux. Ils peuvent par exemple contacter des associations de bénévoles pour prendre le relai, faire appel à des services d’aide à domicile ou participer à des groupes de paroles pour obtenir des informations sur la maladie et son impact au quotidien. Ils peuvent également avoir recours à des solutions de répit telles que l'accueil de nuit ou de jour en établissement ou encore l’hébergement temporaire en EHPAD. La personne atteinte de la maladie d’Alzheimer sera ainsi prise en charge par une équipe de professionnels qualifiés et bénéficiera de soins adaptés. 

Si vous cherchez une solution de répit, n’hésitez pas à contacter l’un de nos conseillers au numéro vert : 0800 941 340. Nos experts en gérontologie vous aideront à trouver la solution la plus adaptée à votre proche âgé dans les meilleurs délais. Vous pouvez également consulter notre annuaire des maisons de retraite pour trouver des établissements répondant à vos critères.

 

 

Maladie d’Alzheimer : traitements et avancées scientifiques

 

Les traitements et les avancées scientifiques dans le domaine de la maladie d'Alzheimer ont considérablement évolué ces dernières années. Bien qu'il n'existe pas encore de remède définitif contre cette affection neurodégénérative, de nombreuses stratégies thérapeutiques sont développées pour ralentir sa progression et améliorer la qualité de vie des patients. Parmi les avancées les plus notables, notons :

  • - Les médicaments symptomatiques tels que les inhibiteurs de la cholinestérase (par exemple, donepezil, rivastigmine, galantamine) et les antagonistes du récepteur NMDA (comme la mémantine) qui sont utilisés pour traiter les symptômes cognitifs et comportementaux de la maladie d'Alzheimer. 

  • - Les thérapies non médicamenteuses telles que la stimulation cognitive, les ateliers de réminiscence, la musicothérapie et l’art thérapie sont de plus en plus utilisés pour aider à maintenir les fonctions cognitives et à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

  • - L’exploration des biomarqueurs permettant de détecter la maladie d'Alzheimer avant l'apparition des symptômes. Cela ouvre la voie à des interventions précoces et à des traitements plus efficaces pour ralentir la progression de la maladie.

  • - Des médicaments et des vaccins expérimentaux ciblant les protéines Béta-amyloïde et Tau, responsables des lésions cérébrales à l’origine de la maladie d’Alzheimer sont actuellement en cours d'essai clinique.

  • - La recherche permettant d’évaluer l'impact de certains facteurs de risque modifiables tels que l'hypertension artérielle, le diabète, l'obésité, le tabagisme et l'inactivité physique sur le développement de la maladie d'Alzheimer. Ces études visent à identifier des interventions potentielles pour réduire le risque ou ralentir la progression de la maladie.

 

Les progrès dans la recherche sur la maladie d'Alzheimer offrent donc de l'espoir pour les patients et leurs familles en proposant de nouvelles approches thérapeutiques et des stratégies de prise en charge plus efficaces. Cependant, des efforts continus sont nécessaires pour traduire ces avancées en traitements cliniques accessibles et pour améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de cette affection dévastatrice.

 

¹D’après la Fondation Recherche Alzheimer

Par l'équipe rédactionnelle de Retraite Plus

Publié le 09/04/24

 

 

Besoin d'aide pour trouver une maison de retraite ou un EHPAD ?

Quel type de maison recherchez-vous ?

Dans quel département ?

Quel est votre délai d'urgence ?

Coordonnées pour recevoir ma sélection :

Déclaration CNIL n° 141035 | Confidentialité des données | Mentions légales

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,5 avec 781 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Vous recherchez un établissement pour votre proche ?

Obtenez les disponibilités & tarifs

Remplissez ce formulaire et recevez
toutes les infos indispensables

Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée