Une amélioration des tarifs des maisons de retraite est prévue afin de privilégier les classes moyennnes


Accueil > Alzheimer et maisons de retraite

Catégorie Alzheimer et maisons de retraite
Une amélioration des tarifs des maisons de retraite est prévue afin de privilégier les classes moyennnes
Une amélioration des tarifs des maisons de retraite est prévue afin de privilégier les classes moyennnes
Des maisons de retraite pour les classes moyennes. Le tarif journalier serait de 59 € con contre 100 € dans certains établissements. Le département compte ainsi concurrencer le privé aux Ulis, à Courcouronnes, à Sainte-Geneviève et à Morangis


Le département veut frapper fort en matière de maisons de retraite. D’ici à 2014, quatre nouveaux établissements publics devraient voir le jour dans l’Essonne, aux Ulis, à Courcouronnes, à Morangis et à Sainte-Geneviève-des-Bois, soit 370 places — dont 50 à destination des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.
Les dossiers viennent d’être déposés pour avis devant le comité régional des organismes sociaux et médico-sociaux (Crosm), qui doit donner son feu vert avant le lancement des études.

Nous ne sacrifierons pas la qualité
JÉRÔME GUEDJ


Particularité de ces projets : un tarif journalier qui ne devrait pas dépasser les 59 €, là où certaines maisons privées peuvent atteindre les 100 €. « L’idée est de faire en sorte que les classes moyennes puissent accéder aux maisons de retraite, résume Jérôme Guedj, vice-président PS du conseil général chargé du dossier. Les personnes les plus modestes peuvent être aidées par le département via l’aide sociale, mais pour les classes moyennes, le privé est trop cher. » Et l’élu de citer des chiffres qui parlent d’eux-mêmes : le coût moyen d’une maison de retraite est de 2 200 € par mois, là où la retraite moyenne cale à 1 300 €… Le conseil général envisage donc de construire des maisons pour un coût maximal de 13 M€. A charge pour les architectes de proposer un projet qui entre dans l’enveloppe budgétaire. Avec le risque, reconnaît Jérôme Guedj, que le dossier soit retardé faute de candidats. Car dans le milieu des maisons de retraite, on ne cache pas son étonnement, voire son scepticisme, face à l’annonce de ces tarifs défiant toute concurrence. « Nous ne sacrifierons pas la qualité, se défend Jérôme Guedj. Chaque maison de retraite aura sa propre cuisine pour le bien-être des usagers. »
Pour obtenir un prix à la journée de 59 €, le département a aussi obtenu des municipalités concernées des terrains à prix d’ami… voire gratuitement, comme aux Ulis. Enfin, pour le fonctionnement quotidien, plusieurs services (blanchisserie, achats, administration…) seront mutualisés.

Jérôme Guedj va même plus loin et ne cache pas son ambition de créer « un pôle public de la personne âgée » dans le département, avec un réseau de maisons de retraite dont la tête de pont serait installée aux Ulis. L’établissement en question, construit à 100% par le département, pourrait également intégrer un pôle gérontologique et un centre de formation aux métiers du grand âge. A terme, l’objectif de l’élu est clair : reprendre la main et concurrencer le privé, qui, ces dix dernières années, a été à l’origine de 60% des nouvelles maisons de retraite.

Source: Le Parisien

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,7 avec 278 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée