9 facteurs de risque formellement identifiés pour la maladie d'Alzheimer


Accueil > Blog > Alzheimer et maisons de retraite

Catégorie Alzheimer et maisons de retraite
9 facteurs de risque formellement identifiés pour la maladie d'Alzheimer
9 facteurs de risque formellement identifiés pour la maladie d'Alzheimer

Les chercheurs sont finalement tombés d'accord : 9 facteurs de risque sont impliqués dans l'apparition de la maladie d'Alzheimer. Retraite Plus vous en parle :

Une étude sur Alzheimer par le Centre sur la mémoire et l'âge de l'université de San Francisco

Dirigée par le Professeur Wei Xu, éminent neurologue de l'université de San Francisco, cette étude fait le point sur les 9 facteurs de risque formellement identifiés de la maladie d'Alzheimer. Depuis plusieurs années, les scientifiques mettent en avant le rôle de tel ou tel facteur de risque dans l'apparition de la maladie d'Alzheimer. Cette nouvelle étude affirme qu'après de nombreuses années de tests, seuls 9 facteurs de risque ont été formellement identifiés.

Quels sont ces 9 facteurs de risque Alzheimer?

  1. l'obésité
  2. le tabagisme
  3. l'athérosclérose des artères carotides (du cou)
  4. le diabète de type 2
  5. le faible niveau d'éducation
  6. la dépression
  7. l'hypertension artérielle
  8. le taux d'homocystéine élevé dans le sang
  9. la fragilité générale.

Selon le Professeur Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille et directeur d'unité Inserm, ces résultats sont le fruit d'un travail titanesque. Il reste néanmoins prudent en affirmant que : "Ce qu'il faudrait maintenant, c'est une grande étude européenne financée par les États pour confirmer les bénéfices d'une stratégie de prévention fondée sur le contrôle des facteurs de risque."

Le but : retarder l'apparition des symptômes d'Alzheimer 

En sachant identifier ces facteurs de risque, les chercheurs pensent pouvoir donner des conseils d'hygiène de vie aux personnes à risque de contracter la maladie et ainsi retarder l'apparition de leurs symptômes. C'est ce que déclare le Professeur Bruno Dubois, chef du service des maladies cognitives et comportementales à La Pitié Salpêtrière à Paris : "Même si on ne joue probablement pas sur la physiopathologie de la maladie elle-même, il y a un intérêt à retarder l'apparition des symptômes."

Pour faire le point sur les facteurs de risques identifiés jusqu'à aujourd'hui, regardez la vidéo suivante:

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,2 avec 798 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée