La chute de la personne âgée : à domicile ou en institution, toujours le combat


Accueil > Infos maisons de retraite

Catégorie Infos maisons de retraite
La chute de la personne âgée : à domicile ou en institution, toujours le combat
La chute de la personne âgée : à domicile ou en institution, toujours le combat

La chute de la personne âgée, un classique direz-vous… et pourtant peu de choses bougent.

Chaque année des centaines de personnes âgées chutent à domicile. Manque d’information, manque d’organisation : à qui la faute … à elles, au manque de chance, à un défaut d’organisation ou tout simplement à leur pathologie ?



Des questions qui se posent à chacun d’entre nous, professionnels ou pas, avec une récurrence déconcertante.

Pour sécuriser la personne, avant même de se poser la question du lieu de vie de l’individu,  il s’agit d’abord d’évaluer  son risque de chute.

Diagnostic de la situation de la personne âgée

Lorsqu’une personne chute, ce n’est pas simplement parce que son intérieur n’est pas adapté à son vieillissement. C’est aussi souvent le résultat d’une perte cognitive, de troubles liés à la prise de certains médicaments…

Aussi, l’action préventive passe par une analyse précise de la situation de la personne âgée en partenariat avec elle.

Questionner, échanger pour prévenir

Selon la Haute Autorité de Santé, le simple fait d’interroger la personne sur l’existence d’une chute par le passé, c’est déjà agir à titre préventif.

En effet, le dialogue construit la réflexion et donc la réaction.

Si la personne âgée n’a pas chuté, elle est sensibilisée au fait qu’elle peut tomber et par conséquent, elle va être amenée à réfléchir à ses conditions de maintien à domicile.

Elle pourra recourir à un ergothérapeute pour obtenir les conseils utiles à l’amélioration de son lieu de vie.

Cependant, le risque zéro n’existe pas et il semblerait que certains de nos aînés soient surexposés au risque de chute.

Le danger de chute plus accru chez certains séniors

Plus la personne âgée présente des troubles cognitifs et a des pathologies nécessitant la prise de certains médicaments, plus ses risques de tomber sont importants.

C’est précisément ce public qui nécessite une surveillance de tous les instants car la plupart du temps, les personnes n’ont pas conscience du risque qu’elles encourent.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’étude de la HAS en collaboration avec la SFDRMG précise que les femmes blanches assez minces sont plus exposées aux risques de chutes.

Par ailleurs, les pathologies touchant les os ou la vue fragilisent beaucoup nos aînés. C’est pourquoi les personnes sujettes à l’ostéoporose doivent attirer tout particulièrement notre attention.

De même, la maladie de Parkinson, la dépression, la marche avec une canne, les démences, la prise de plus de 4 médicaments, la baisse de la vue sont autant d’éléments pointés du doigt comme étant des facteurs de risque de chute, outre le facteur âge (passé 80 ans, le risque augmente davantage).

Les conseils pour réagir

Mis à part les conseils classiques prodigués aux personnes pour aménager leur intérieur, il faut aussi agir sur l’ensemble des éléments  à l’origine de l’augmentation du risque de chute comme par exemple

-          La réaction adéquate face au problème du trouble de la vue

-          La mise en place d’activités physiques adaptées à la situation de la personne âgée pour l’amélioration de sa masse musculaire et de sa tonicité

-          La « rééducation de l’équilibre »

-          La révision par le médecin des prescriptions (certains psychotropes favoriseraient les chutes)

-          La prescription de vitamine D (car il aurait également une corrélation entre la carence en vitamine D et les chutes).

En fait, l’amélioration de la condition de la personne âgée passe par une appréhension de sa situation dans sa globalité, de ses habitudes de vie à sa consommation médicamenteuse, le tout ne formant qu’un espace risque à gérer au mieux.

Conséquences des chutes pour les personnes âgées

En 2008, les chutes accidentelles auraient été à l’origine de plus de 5000 décès, les plus de 85 ans étant particulièrement touchés par cette cause de mortalité – source insee.

Désormais, l’institut de veille sanitaire parle de 9000 décès attribués chaque année aux chutes.

Les personnes âgées sont en première ligne  victimes des accidents de la vie courante avec pour première cause d’accident les chutes.

La lutte contre les chutes de la personne âgée est un combat incessant et international puisque même l’OMS a tiré la sonnette d’alarme face à la situation des personnes âgées.

Informer, communiquer, échanger reste donc encore et toujours le meilleur moyen de lutter contre ce phénomène…

 

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,3 avec 243 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée