Ehpad: la célébration de l'audience

Etablissements pour personnes âgées

Catégorie Etablissements pour personnes âgées
Ehpad: la célébration de l'audience
Ehpad: la célébration de l'audience

Le mot du président José Boublil sur la situation. 

Nous sommes en France en 2020 et je continue d'être étonné de la façon dont l'information des médias est construite.

Ceci est valable quel que soit le sujet. Pour faire de l'audience, on choisit des sujets polémiques, graves -la misère humaine, la mort, les personnes âgées, l'éducation, le chômage, la délinquance- et on bâtit un scénario : on prépare trois à cinq témoins uniquement à charge. 

Sur le plateau télé, cinq invités dont un seul à décharge. Et les autres sont des gens qui sont peu connus, ni de grands scientifiques, ni des lanceurs d'alerte, plutôt des personnes qui rêvent de pouvoir exprimer publiquement leurs positions, pas toujours renversantes.

 

Le résultat est un déni profond de démocratie, de respect des équilibres statistiques. La parole est donnée à une minorité peu éclairée pour aborder des sujets graves. Et le français devant sa télévision est littéralement manipulé .

Le journaliste n'est même pas nécessairement conscient du biais désastreux de sa démarche.

Lorsqu'on interroge cent personnes prises au hasard, on aura une vision de la répartition des opinions. 

Mais pour "démontrer" la prétendue gravité de comportements on se contente de choisir seulement ceux qui les dénoncent.

Et s'ils étaient seulement cinq sur cent à se plaindre?

 

Parlons des Ehpad, dont on vient une fois encore hier d'écorcher l'image, jusqu'à insinuer que des dirigeants, des institutions publiques, sont des criminels. A partir de quelques témoignages, on détruit l'image de certains aux yeux de la France entière. Je suis un rêveur à mon âge, mais où va donc cette société et cette nouvelle culture de l'agressivité gratuite?

 

"On meurt bien plus en Ehpad", affirme-t-on. Ah oui ? Mais pas une seconde on ne dévoile l'âge moyen des résidents: 85, 90 ans ou plus; en comparant aux mêmes tranches d'âge en ville, avec des pathologies équivalentes. "Il n'y a pas assez de personnel soignant.

Il en faudrait trois fois plus." Pourquoi pas?  Y'en a-t-il assez en France, adaptés, pour couvrir ce manque ? N'y a-t-il pas un équilibre économique au-delà duquel un établissement devient déficitaire et ferme? "On a refusé de distribuer des masques. On les a distribué trop tard." Sans doute. Mais je m'interroge sur la date idéale à laquelle le patron d'un établissement , ou d'un groupe, aurait dû organiser cette distribution . Et qui de tous ces visionnaires d'après match aurait suggéré le bon timing.

Quant à l'opportunité d'un tel débat le 18 novembre sur des questions concernant surtout la première vague de Covid, entre mars et mai, je m'interroge. Manque-t-on de sujets ?

 

Au fond, évidemment qu'il y a eu des erreurs, des retards, des prises de décisions non optimales. Et ceci est vrai dans toute organisation humaine. Y compris lorsque la vie des gens en dépend : hôpitaux, cliniques,soins d'urgence, sauveteurs, maîtres-nageurs, et tant d'autres. Sans même parler du manque parfois de connaissances, d'informations, et même d'intuition.

Mais la seule chose qui compte est : la faute est-elle délibérée, consciente ? Et qui peut expliquer quelle est l'organisation idéale d'un Ehpad tant du point de vue du nombre de personnes, soignants, médecins, équipements, formation, et... amour aussi ? Et quel serait son coût de fonctionnement, s'agissant d'une entreprise à but lucratif ?

 

Les directeurs d'Ehpad, les présidents de groupes, les équipes soignantes, et le personnel de ces établissements sont des gens responsables. La tragédie d'il y a huit mois a été décortiquée partout, au point qu'évidemment la situation actuelle est infiniment plus normale et rassurante. Mais étrangement, plutôt que d'évoquer le redressement de la situation, et la prise en compte des erreurs commises, on fait un flash back.

On reparle d'une autre époque; sans doute pour recréer un peu de tension dans une France qui n'en a pas franchement besoin.

José Boublil

Partagez cet article :



Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée