Personnes âgées et maison de retraite: priorité de l'Etat?


Accueil > APA et aides financières

Catégorie APA et aides financières
Personnes âgées et maison de retraite: priorité de l'Etat?
Personnes âgées et maison de retraite: priorité de l'Etat?
Rencontre avec la Secrétaire d’Etat à la Solidarité, après le débat « A quoi servent les vieux»?



Trois questions à Valérie Létard


Quels sont les mesures qui vont être mises en place pour les personnes âgées avec le plan de relance de 2009 ?

Le plan de relance va permettre de construire des maisons de retraite. On a mis soixante-dix millions d’euros notamment pour des aides à l’investissement. Plus on a des aides exceptionnelles comme celle là, moins le prix de la journée dans l’établissement est élevé. On a aussi autorisé 5000 créations de places en plus des 7500 déjà prévues.


A partir du moment où on donne le feu vert, les porteurs de projet peuvent démarrer leur construction et donc ces places supplémentaires permettent de relancer l’activité économique sur le terrain à court terme. Avec ces efforts de financement, on accélère les créations d’emplois. Pour 2009, c’est un effort conséquent. Chaque année, on financera ces 5000 places qui seront ainsi pérennisées.


La situation des personnes âgées fait-elle partie des priorités de l’Etat ?

Ça fait partie des budgets qui, malgré la situation difficile, ont bénéficié d’une augmentation importante. Le budget médico-social a augmenté de 8,3 % sur son volet personnes âgées. C’est très conséquent dans le contexte actuel. On a eu 566 millions d’euros d’aides supplémentaires dans le budget de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie pour accompagner les personnes âgées.


La famille n’a-t-elle pas son rôle à jouer dans l’accompagnement des personnes âgées ?

Ce qu’on souhaite c’est le libre choix des personnes âgées. Il faut pouvoir permettre le maintien de la personne à domicile ou le départ dans un établissement. Mais pour cela, il faut qu’on soit capable de donner des outils à la famille, à l’environnement et aux aidants familiaux. Si une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer veut rester chez elle, les pouvoirs publics se doivent de former le conjoint pour pratiquer les bons gestes. Notre rôle, c’est de faire en sorte que les familles puissent choisir. Si on n’a pas les trois éléments du triptyque qui sont les pouvoirs publics, les professionnels de la prise en charge et les familles, le système ne peut pas fonctionner. Et même quand les personnes âgées partent en maison de retraite, il est extrêmement important de préserver le lien avec les familles. Elles se retrouvent dans les conseils de vie sociale des établissements. Cela permet de signaler les négligences ou les maltraitances éventuelles. Quand la famille n’est pas là, on n’a pas le signal qui permet de prendre les bonnes mesures au bon moment. Il n’est pas question de culpabiliser les familles. On a tous notre rôle à jouer, les personnes âgées elles-mêmes, les familles et les pouvoirs publics.



Source: Libération

Partagez cet article :

Note de l'article :

4 avec 802 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée