Ralentir déficience cognitive et démence sénile grâce à une activité quotidienne ?


Accueil > Vu sur le Web

Catégorie Vu sur le Web
Ralentir déficience cognitive et démence sénile grâce à une activité quotidienne ?
Ralentir déficience cognitive et démence sénile grâce à une activité quotidienne ?

Sports et activités mentales pourraient freiner perte de mémoire et diminution des facultés cognitives. 

Qu’il s’agisse de déficience cognitive, souvent liée à l’âge, ou de démence sénile, plutôt rattachée à certaines maladies, toute activité physique et mentale régulière permettrait d’en limiter, retarder, voire prévenir certains effets handicapants au quotidien. 

Déficience cognitive et démence sénile, quelle différence ?

Si la déficience cognitive et la démence sénile peuvent présenter certaines manifestations communes, elles sont différentes à plusieurs points de vue. Les symptômes de la déficience cognitive sont plus légers et touchent surtout les capacités de réflexion et de compréhension. Les concernés, généralement des personnes âgées, conservent leur autonomie dans les gestes physiques du quotidien, ce qui n’est pas le cas de la démence sénile qui altère également ces fonctionnalités de bases. La démence sénile, générée par certaines maladies dégénératives du cerveau et dont la plus fréquente est certainement l’Alzheimer, représente une véritable préoccupation de santé publique. Si, à terme, la démence sénile mène à une détérioration continue et irréversible des capacités de réflexion et des fonctions cérébrales, les premiers symptômes sont la perte de la mémoire et l'atteinte de la capacité à réfléchir et à s'orienter.

Plusieurs études ont cependant permis de prouver que la déficience cognitive peut précéder le développement de la démence sénile.

Les bienfaits de l’activité physique sur notre santé cognitive.

Différentes études pratiquées au Etats-Unis, au Canada et dans plusieurs pays européens, ont permis d’établir une corrélation marquée entre activité physique et santé cognitive. Les résultats basés, pour la plupart, sur le test de Folstein qui évalue les fonctions cognitives et la capacité mnésique d'une personne, ont permis de tirer plusieurs conclusions significatives. Il s’est avéré que le taux de démence était moins élevé chez les personnes qui pratiquaient une activité physique à raison de trois séances hebdomadaires ou plus et que la pratique régulière d’une activité physique pouvait être considérée comme un facteur protecteur contre la maladie d’Alzheimer. En évaluant un groupe de personnes âgées de plus de 70 ans, on a constaté que les fonctions cognitives avaient significativement décliné chez celles qui avaient diminué leur quantité journalière d’activité physique, alors qu’elles sont restées stables chez les participants qui l’ont augmenté. En outre, le risque de développer un déclin cognitif est deux fois plus élevé, chez les personnes qui pratiquent moins d’une heure d’activité physique par jour, que chez celles qui sont plus actives.

Grâce à la combinaison de divers outils permettant d’étudier le métabolisme cérébral et la structure du cerveau, des chercheurs allemands sont parvenus à identifier un rôle fondamental de l’activité physique, permettant de freiner l’augmentation de la choline, nutriment essentiel de la catégorie des vitamines B et protectrice des fonctions cérébrales, mais utilisée aussi comme marqueur lors d’une perte importante de cellules nerveuses, phénomène connu de la maladie d’Alzheimer. La stabilité de ce marqueur a donc révélé l’effet bénéfique de l’activité physique sur les cellules du cerveau.

On peut ainsi conclure de ces différentes analyses qu’un niveau d’activité physique élevé entraîne une bonne santé cérébrale et cognitive.

Que doit-on faire en pratique ?

Même si ces chiffres alarmants ont tendance à nous faire courir à la salle de sport la plus proche, il n’est pas donné à tout le monde de se transformer en Carl Lewis du jour au lendemain et ce n’est pas forcément nécessaire. Mais alors comment faire pour que notre activité physique ait une action bénéfique sur notre cerveau ?

Pour commencer, il est important de veiller au quotidien à rester moins longtemps assis, à sortir, à faire des promenades, ou même des courses, pour éviter les méfaits de la sédentarité. Quel que soit l’âge d’une personne, elle doit continuer à garder une activité physique quelconque. Il est conseillé de privilégier la marche aux sorties en voiture. Pour celles qui le peuvent, le vélo représente un excellent moyen de pratiquer un sport en douceur. Si l’on n’a pas l’occasion de le faire en plein air, on peut aussi utiliser un vélo d’appartement. Certaines gymnastiques douces comme le yoga peuvent également représenter un bon compromis entre détente et activité.

Qu’en est-il des exercices mentaux sur notre santé cognitive ?

Jeux de société, ordinateur, exercices de réflexion peuvent-il avoir un effet sur les capacités cognitives des personnes âgées ou empêcher la perte de mémoire liée à l’âge ? Les conclusions des diverses études à ce sujet montrent que toutes ces activités sont globalement bénéfiques pour les fonctions cérébrales et ralentissent le phénomène de déficience cognitive. A chacun de choisir selon ses disponibilités et préférences, mais on relève de manière non exhaustive, l’utilisation d’un ordinateur, les activités sociales comme les jeux collectifs, les sorties, les mots croisés, ou encore les activités manuelles et travaux pratiques.

Les facteurs les plus représentatifs concernant tous les types d’activités sont  la constance, la durée, et le volume auxquels elles sont pratiquées.

Ainsi, sans parler de remède miracle, le fait de conserver une activité physique et mentale régulière crée certains paramètres positifs sur les fonctions cérébrales qui permettraient de retarder le déclin cognitif lié à l’âge et de diminuer le risque de développer une déficience cognitive.

 

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,5 avec 809 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée