La canicule revient : un senior averti en vaut deux


Accueil > Blog > La tribune des assistantes sociales

Catégorie La tribune des assistantes sociales
La canicule revient : un senior averti en vaut deux
La canicule revient : un senior averti en vaut deux

Il fait chaud, très chaud. On rêve d’espaces climatisés, de pastèque fraîche, d’une douche froide et d’un diabolo menthe.

Si une chaleur intense, prolongée et sans interruption nocturne, qui définit la canicule, touche chacun d’entre nous, certaines personnes dites « à risques » comme les nourrissons ou enfants en bas âge, les femmes enceintes, les personnes âgées et les malades sont particulièrement fragiles et réagissent moins bien que les autres à ces fortes chaleurs. La canicule annoncée pour ces prochains jours nous pousse à faire de nouveau le point sur les conséquences des thermomètres qui s’affolent et les impératifs de sécurité pour nos aînés.

En cas de canicule, le corps cherche à s’adapter à cette stimulation intense en mettant en place divers mécanismes d’auto-régulation. Le début des grosses chaleurs représente une période cruciale durant laquelle il faut être particulièrement vigilant, parce que l’organisme n’est pas encore habitué et peine à réagir au changement brutal de températures. D’autre part, ces conditions climatiques éprouvantes peuvent être accentuées par les effets de la pollution, de l’humidité et de l’absence de vent.

Comment réagit notre corps face à la canicule et pourquoi nos aînés sont-ils plus exposés ?

Pour préserver les fonctions naturelles de l’organisme et éviter les problèmes engendrés par une température qui dépasserait les 37°, le corps accentue la transpiration afin d’évacuer la chaleur via l’eau. La respiration s’accélère et les vaisseaux sanguins de la surface de la peau se dilatent afin de refroidir le sang.

L’apport en eau doit donc être décuplé et l’air suffisamment ventilé pour permettre l’évaporation de la sueur présente sur la peau.

Chez les personnes de plus de 65 ans, la sensation de soif n’est pas toujours ressentie au moment opportun. La capacité à transpirer diminue également à un âge avancé. En bref, l’organisme des personnes âgées leur envoie moins de « signaux d’alertes » face à une forte chaleur et leur corps régule moins bien ces changements climatiques brutaux. Il est donc impératif de veiller à ce qu’ils boivent fréquemment même s’ils n’ont pas soif.

La prise de certains médicaments peut accentuer les effets de la chaleur et une adaptation de la posologie peut être prescrite par le médecin traitant.

Quels sont les risques et comment les éviter ?

Les conséquences les plus menaçantes de la canicule proviennent d’un risque de déshydratation. Hormis les prédispositions physiologiques des personnes âgées, deux facteurs essentiels accentuent leur vulnérabilité face aux grandes chaleurs : le manque d’information et l’isolement. Si nous restons impuissants face aux caprices de la météo, nous pouvons agir de manière efficace sur ces deux paramètres déterminants. Cette prise de conscience a d’ailleurs donné lieu à des campagnes de sensibilisation et à la diffusion de fiches d’informations de la part d’organismes publics et privés depuis les premières expériences dramatiques que l’Europe a connues ces dernières années. Mis à part les brochures et autres supports à ce sujet dont Retraite Plus orchestre régulièrement la parution, c’est dans ce contexte que l’organisme spécialisé dans le conseil et l'orientation en maison de retraite depuis 2005 a inscrit son dispositif « Agir Canicule » qui a débuté en juin dernier avec une plateforme téléphonique mobilisée à cet effet et destinée à appeler, à la demande des familles, les personnes âgées à leur domicile. Des conseillers expérimentés vérifient leur état de santé et renforcent leur information concernant les réflexes à adopter en cas de canicule. Retraite Plus ne compte pas s’arrêter là et prévoit une batterie de nouvelles dispositions qui seront mises en place rapidement, pour lutter contre le manque d’information et l’isolement qui sont les véritables coupables des méfaits de la canicule.

Chaleur et perte d’autonomie

N’oublions pas que la perte d’autonomie représente un facteur à risque majeur dans le cas de fortes chaleurs. Les personnes concernées, souvent confinées dans un lit ou un fauteuil, ont du mal à s’adapter à une forte augmentation des températures. Ils dépendent d’autrui pour leurs gestes quotidiens. C’est aux aidants à rester vigilants et à prendre les mesures nécessaires.

Rappel des dispositions à prendre avant la nouvelle vague de canicule

N’attendons pas de se retrouver dans l’urgence pour penser à la sécurité de nos aînés. Pour les personnes âgées qui ne résident pas en maison de retraite, il est impératif de vérifier que leur domicile dispose de volets extérieurs, rideaux ou stores, d’un réfrigérateur fonctionnel et d’un climatiseur ou ventilateur. Il est recommandé de connaître les lieux climatisés à proximité afin d’y faire une petite halte le cas échéant. En cas de prise régulière de médicaments, mieux vaut se renseigner auprès de son médecin lors d’une visite régulière sur les éventuels changements de prescription en cas de canicule. Cela évitera la panique des situations d’urgence.

J’ai pas de clim’, je fais quoi ?

Même si l’on n’a pas encore franchi le pas et que l’on s’apprête à affronter la canicule sans climatiseur, certains gestes permettent de limiter la température du logement.

Tant que la température est plus élevée à l’extérieur qu’à l’intérieur, maintenir les fenêtres fermées.
Fermer les volets des façades exposées au soleil.
Baisser ou éteindre les lumières électriques.
Installer un grand ventilateur dans les pièces à vivre, tant que la température de la pièce n’excède pas les 35°. En brassant de l’air chaud, le ventilateur exacerberait au contraire la déshydratation.

L’abécédaire de la canicule

Ajouter au menu des fruits à forte teneur en eau comme le melon, la pastèque mais aussi les agrumes, raisins ou prunes. Les soupes sont aussi à consommer sans modération.

Boire régulièrement et en petites quantités. Ne pas attendre d’avoir soif. Limiter le thé et le café, ainsi que les boissons très sucrées qui ont un effet diurétique. Eviter l’alcool.

Choisir une garde-robe estivale, en privilégiant les vêtements en coton. Prévoir un chapeau si l’on sort.

Demander régulièrement des nouvelles de ses proches, surtout s’ils vivent isolés.

Eviter de sortir aux heures les plus chaudes et prévoir de temps en temps quelques haltes dans des lieux climatisés comme des restaurants, cinémas, cafés…Ne jamais oublier d’emporter de l’eau avec soi.

Rédaction : Rachel Gaillard
22 juillet 2019

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,9 avec 775 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Vous recherchez un établissement pour votre proche ?

Obtenez les disponibilités & tarifs

Remplissez ce formulaire et recevez
toutes les infos indispensables

Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée