Retour des droits de visites dans les Ehpad du Bas-Rhin et des autres départements de France.


Accueil > Santé et bien-être seniors

Catégorie Santé et bien-être seniors
Retour des droits de visites dans les Ehpad du Bas-Rhin et des autres départements de France.
Retour des droits de visites dans les Ehpad du Bas-Rhin et des autres départements de France.

Face à l’isolement accru des personnes âgées durant l’épidémie de Covid-19 et le confinement qui en découle, le Bas-Rhin a pris les devant en décidant d’autoriser les visites en Ehpad mais sous certaines conditions. Cette initiative s’inscrit dans une prise de conscience générale des Français, tant au niveau public que privé, des méfaits à moyen et long terme de la solitude de ces personnes pour leur santé physique et morale. Le ministre de la santé a ensuite relayé cette initiative en l’autorisant à tous les Ehpad de France lors de la conférence de presse du 19 avril. Tout va donc se jouer dans le respect d’un équilibre délicat entre sécurité fondamentale et sociabilité vitale. 

 

Le Bas-Rhin, premier département à autoriser les visites “encadrées” des familles dans les Ehpad. 

Tandis que plusieurs pays européens procèdent à un déconfinement très progressif avec des particularités propres à chaque gouvernement, l’OMS enjoint à la prudence pour éviter une nouvelle vague de contamination tant redoutée. Dans ce climat partagé, la prudence reste de mise pour toute la population à risque, dont nos aînés. Les nouvelles mesures concernant les Ehpad annoncées pour le département du Bas-Rhin ne signifient en aucun cas une baisse de vigilance mais un programme consciencieusement étudié et planifié afin de permettre aux familles de rendre visite à leur proche et aux résidents de retrouver un réconfort si vital dans leur quotidien. Le président du Conseil départemental du Bas-Rhin a ainsi annoncé qu’à partir du samedi 18 avril les visites seraient à nouveau permises au sein des maisons de retraite du département. 

 

Cette mesure  qui rendra certainement le sourire à de nombreux  résidents d’Ehpad a été adoptée en concertation avec l’Agence régionale de santé et la préfecture et sera toutefois appliquée au cas par cas et sous certaines conditions. Parmi elles, le port du masque et le strict respect des gestes barrières mais également une interdiction de pénétrer dans l’enceinte même du bâtiment. Les visites se feront donc dans les espaces ouverts des Ehpad comme la cour et le jardin et dépendent de l’accord des directeurs d’établissements et de la situation au sein de chacun d’eux. 

Frédéric Bierry a clairement précisé “qu’il ne s’agit pas d’ouvrir grand les portes” des Ehpad mais d’éviter à de nombreuses personnes âgées de se laisser mourir de chagrin et de risquer au final d’avoir davantage de décès liés à la dépression qu’à l’épidémie de Covid-19. 

 

Une décision influencée par les réalités du terrain

 

Déjà autorisées, Emmanuel Macron a réitéré, lors de son discours du 13 avril sur le déconfinement,  sa volonté de faciliter les visites pour les familles de malades en fin de vie. 

L’initiative concernant les Ehpad du Bas-Rhin va bien plus loin en concernant les visites familiales de tous les résidents. Si la décision du 12 mars dernier de suspendre les visites dans le cadre du plan bleu déclenché dans les Ehpad pour faire face à l’épidémie a d’abord été saluée par les directions des établissements pour des raisons de sécurité évidentes, l’eau a depuis coulé sous les ponts et d’autres paramètres exigent une reconsidération de cet interdit. Plusieurs cas ont en effet alerté les pouvoirs publics et remué l’opinion. A l’image de cette dame de 79 ans verbalisée pour être venue présenter à son époux de 93 ans confiné dans son Ehpad de Graulhet une pancarte avec des mots d’encouragement devant la fenêtre fermée de sa chambre et ce, pour l’empêcher de sombrer. L’amende, ensuite retirée, a eu le temps de faire beaucoup de bruit, auprès des directeurs d’Ehpad, notamment, qui semblaient déjà pencher pour le bien-fondé d’un assouplissement dans l’interdiction des visites. “(...)Tout en continuant à les préserver au maximum du Covid, nous estimons urgent que des liens avec les familles puissent être renoués », affirme de son côté Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA), indique le site d’information La Croix. Comme beaucoup d’autres directeurs, il a en effet  constaté l’augmentation des “syndromes de glissement”, ces derniers jours chez les personnes âgées qui perdent l’envie de se nourrir, de communiquer, de vivre.  

Cette préoccupation a été présentée le mercredi 17 avril par les professionnels du secteur au premier ministre Edouard Philippe et au ministre de la santé Olivier Véran par visioconférence. 

Parallèlement à l’assouplissement des visites annoncée officiellement par le président du Conseil départemental du Bas-Rhin, on a pu constater plusieurs initiatives dans d’autres Ehpad de France autorisant ponctuellement les visites des  familles dans les espaces extérieurs des établissements et en respectant les consignes de sécurité. Les responsables témoignent des nombreuses conséquences positives de ces initiatives sur l’état de santé et le moral des résidents.

 

Un droit de visite étendu aux Ehpad de toute la France

 

L’exemple du Bas-Rhin devrait être rapidement suivi par les autres départements. « Nous avons élaboré ensemble des recommandations nouvelles qui permettront, à partir de demain, d'organiser dans les territoires et sous la responsabilité des directions d'établissement, un droit de visite pour les familles en direction de leurs aînés fragiles admis en Ehpad”, a affirmé le ministre de la santé lors de la conférence de presse qu’il a tenu ce dimanche soir 19 avril, aux côtés du premier ministre. 

 

Il précise les modalités de ce retour aux visites évidemment très encadrées : “Ce sera à la demande du résident, ce sera dans des conditions extrêmement limitées, pas plus de deux personnes de la famille, pas tout le monde en même temps, ce sera sous la responsabilité des directeurs d’établissement qui devront dire à la famille lorsque ce sera possible et dans quelles conditions, sachant que la sécurité sanitaire reste au coeur de notre projet.” Les visites seront aussi uniquement "visuelles", sans contact physique. Lors du même discours, le ministre de la santé est aussi revenu sur les nombreuses mesures qui ont été adoptées durant la crise ou qui le seront prochainement, comme la mise à disposition des Ehpad de 1500 bénévoles et une très large campagne de dépistage massif  instaurée dans les établissements et concernant l’ensemble des résidents et des soignants d’un établissement au moindre signalement de cas.

 

La réhabilitation de ces visites adaptées à la situation devrait enfin permettre à nos aînés de passer plus sereinement cette période difficile. Il faudra pourtant faire preuve d'un peu de patience supplémentaire car elles ne seront pas forcément possibles dans l'immédiat pour tous les établissements. Plusieurs directeurs d'Ehpad ont en effet déjà fait savoir, après l'annonce officielle du ministre de la santé, que cette autorisation nécesisiterait une certaine organisation interne afin de protéger parfaitement les résidents. En outre, il ne faudra pas oublier de remplir l'attestation de déplacement en cochant la case " déplacements pour motif familial impérieux, pour l'assistance aux personnes vulnérables ou la garde d'enfants" et en précisant la date et l'heure de sortie.

 

Vers la fin de l’épidémie de Covid-19 ?

 

Et si l’on en croit les propos du professeur Didier Raoult qui a longuement fait parler de lui dans le débat sur l'hydroxychloroquine comme traitement combiné du Covid-19, l’optimisme est également de mise : “ Selon l’évolution de l’épidémie que nous constatons, pour nous, elle est en train de disparaître progressivement. Après un pic de 360 nouveaux cas par jour, nous sommes à l’heure actuelle autour des 60 à 80 cas par jour. Il est possible que l’épidémie disparaisse au printemps, pour des raisons extrêmement étranges mais que l’on a l’habitude de voir pour la plupart des maladies virales respiratoires”, a-t-il notamment affirmé dans une vidéo publiée le 14 avril sur le site de l'IHU Méditerranée Infection. 

A cette occasion, il rappelle également certains chiffres du protocole testé au sein de son institut :  “Sur 32 000 patients testés, 4296 étaient positifs. Plus de 3000 personnes ont été traitées à l’IHU Méditerranée Infection et 2600 par notre protocole, à savoir, hydroxychloroquine et azithromycin, avec un taux de mortalité inférieur à 0,5%, ce qui est actuellement l’un des résultats ou le résultat le plus spectaculaire au monde.”

Pour obtenir des précisions sur les conditions des visites de chaque établissement et tout autre renseignement concernant l'entrée en maison de retraite adaptée, les conseillers en gérontologie de Retraite Plus se tiennent à la disposition des familles durant le confinement comme en tant normal. 

Numéro Vert gratuit : 0805 14 14 14

Partagez cet article :



Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée