AVC : les émotions qui menacent notre coeur

Catégorie
AVC : les émotions qui menacent notre coeur
AVC : les émotions qui menacent notre coeur

A l'aube de la prochaine Journée Mondiale de l'AVC du 29 octobre 2019, la science est en mesure de prouver que nos émotions font partie des principaux facteurs de risque.

De nos jours, il est possible de prouver scientifiquement que les émotions ont des répercussions sur le fonctionnement du coeur. Le 29 octobre prochain aura lieu la Journée Mondiale de l’accident vasculaire cérébral (AVC) qui fait 140 000 nouvelles victimes par année et nous enjoint à prendre soin de notre coeur, mais surtout de notre état d’esprit.

 

L’accident vasculaire cérébral (AVC) est la conséquence de l’obstruction ou de la rupture d’un vaisseau transportant le sang dans le cerveau. De nombreuses maladies des artères, du cœur, ou de la coagulation sanguine sont à l’origine des AVC. Parmi les facteurs favorisant ces maladies et les risques d’AVC comme le tabagisme, l’obésité, le manque d’activité physique, l’hypertension artérielle, une alimentation peu variée et non méditerranéenne ou encore les troubles du rythme cardiaque, une grande responsabilité est également accordée aux facteurs psycho-sociaux comme le stress ou la dépression. 

 

Nos émotions influencent notre rythme cardiaque 

 

Si le coeur  n’est certes plus considéré comme le siège principal des sentiments, il n’en reste pas moins le reflet direct de nos émotions. Des études scientifiques ont ainsi mis en évidence une communication double entre le cerveau et le cœur qui s’auto-influencent par le biais de “messages” circulant dans les deux sens. En d’autres termes, le cœur envoie des signaux au cerveau tout comme le cerveau lui en envoie également. Le rythme cardiaque étant un fidèle reflet de notre état émotionnel, celui-ci se lit dans les battements de cœur qui ont, à leur tour, un impact sur le reste du corps.

En conséquence, si le cœur bat d’une manière régulière et non stressée, il envoie systématiquement des signaux au cerveau pour qu’il élimine le stress en réduisant les hormones du stress et en augmentant les hormones positives. Une absence de stress perçue par le cerveau le conduit donc à faire en sorte que cet état continue. Inversement, des battements de coeur irréguliers expriment au cerveau un état de stress et une éventuelle “agression” extérieure qui le fera augmenter la production d’hormones de stress et les battements de coeur.  Il s’agit donc d’un cercle vicieux. 

En effet, le cerveau régule la production des différentes hormones fondamentales de l’organisme, et ce, en grande partie en fonction de nos états émotionnels, positifs ou négatifs qui se reflètent dans nos battements de coeur, qui ont, à leur tour, un impact sur tout le reste du corps. 

Ainsi par exemple, la sécrétion d'adrénaline par la glande surrénale a pour effet d’accélérer la fréquence cardiaque. 

 

Des problèmes cardiaques liés à une surcharge émotionnelle

 

Certaines émotions répétées sur du long terme peuvent ainsi affecter les fonctions du coeur. Le stress, la peur, la crainte ou la tristesse, par exemple, ressenties de manière prononcée et répétitive, peuvent créer une surcharge émotionnelle ayant des répercussions néfastes sur le coeur. Il existe une série de déséquilibres émotionnels, qui se manifestent par des attitudes, un comportement et des réactions diverses comme la nervosité, l’anxiété, l’insomnie, la tristesse ou certaines réactions excessives ou inappropriées et peuvent être  la cause de problèmes cardiaques. 

Un manque de contrôle émotionnel peut provoquer différents symptômes comme des douleurs dans l’abdomen, une fragilité, une sensation de fatigue, un corps tendu, la dépression, des maux de tête, des extrémités froides, des douleurs d’épaules, des nausées et/ou de la transpiration excessive, qui ont des répercussions directes sur le coeur et provoquent arythmies, pouls faible, palpitations et même infarctus. 

 

Aider psychologiquement les personnes âgées

 

Il est impératif de prendre conscience de cette influence prépondérante de nos états émotionnels sur la santé de notre coeur. Ce constat remet sur le devant de la scène l’impératif d’aider les personnes âgées face aux défis quotidien que posent le vieillissement, la maladie ou la perte d’autonomie, ainsi qu’à mieux vivre une éventuelle entrée en maison de retraite, à lutter contre l’isolement et à trouver aide et réconfort dans les moments difficiles comme la perte d’un proche. Les aidants sont également concernés car une surcharge physique et émotionnelle les menace au quotidien. Dans tous les cas, le dialogue et une prise en charge psychologique peuvent être très bénéfiques, afin d’identifier les émotions refoulées et d’éviter qu’elles ne jouent un rôle néfaste sur notre santé. Il est impératif d’être en parfaite harmonie avec ses états émotionnels pour éviter au coeur l’épreuve terrible de messages de stress et d’anxiété. 

 

Traiter rapidement un AVC grâce à l’introduction d’un petit robot dans le cerveau

Une équipe de l’Institut de technologie du Massachusetts est parvenue à élaborer un fil à guidage robotisé, revêtu d’hydrogel et suffisamment fin pour être introduit de manière optimale dans les vaisseaux sanguins du cerveau. Guidé à distance par le médecin, le robot améliore considérablement les procédés endovasculaires actuelles en cas d’AVC et permet de traiter, dans un délai très court,  les blocages et les lésions provoquées par les anévrismes et les accidents vasculaires cérébraux. Rappelons que le taux de survie augmente considérablement lorsque l’AVC peut être traité dans les 90 premières minutes et que la rapidité de traitement permet d’éviter une lésion cérébrale irréversible. 

 #AVC #Maison de retraite

Comment reconnaître l'accident vasculaire cérébral ? Les conseils du Dr. Zrihen

Voir la vidéo

Partagez cet article :



Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée