Maison de retraite évacuée pour déminer la ville


Accueil > Vu sur le Web

Catégorie Vu sur le Web
Maison de retraite évacuée pour déminer la ville
Maison de retraite évacuée pour déminer la ville
Hier, 16 500 habitants du centre de Brest ont dû quitter leur domicile pour permettre une opération de déminage. Bilan de la journée : un obus de 155 millimètres neutralisé.

Aujourd'hui, tout le monde évacue ! Comme 16 500 autres Brestois, les 85 résidents et résidentes de la maison de retraite Louise-Le Roux, située dans le quartier de Recouvrance, ont dû se réveiller très tôt hier matin en raison d'une opération de déminage du plateau des Capucins.
Ce terrain militaire doit être dépollué avant d'être remis à la ville. Les démineurs de la société Sita devaient mettre au jour, et éventuellement neutraliser, quinze objets métalliques détectés dans le sous-sol et susceptibles d'être des engins explosifs.

« On a vu les bombes tomber »

Il est 6 h 30 du matin. Les ambulances et les véhicules pour personnes à mobilité réduite se succèdent à l'entrée de la maison de retraite. Ils dirigent les personnes âgées vers deux résidences situées en dehors du périmètre de sécurité.
Déjà deux heures que le personnel de Louise-Le Roux a commencé à réveiller les résidents en multipliant les précautions. « Les personnes âgées ont leurs habitudes, il ne faut pas les bousculer », souligne Pascale Creis, la directrice de la maison de retraite.
Jean Caugant, 82 ans, ne se déplace plus qu'en fauteuil roulant. Il prend ce départ matinal avec philosophie. « On a vu les bombes tomber. Là, on ne nous demandait pas s'il fallait s'abriter ! »
7 h. Les derniers Brestois évacuent le périmètre de sécurité. La famille Tcheunkam franchit le pont de Recouvrance à pied. « Nous allons à Lambézellec passer la journée chez ma mère », indique Bertrand, le papa. Cette bonne trotte n'a l'air d'effrayer ni Lucie, son épouse, ni Youna, leur fille de 6 ans. Quant à Mannaïg, 10 mois, elle s'en fiche un peu. Elle fait le voyage en poussette !

Un obus, des fûts, des tuyaux...

10 h. La mairie de Brest connaît un afflux inhabituel de visiteurs pour un dimanche matin. La ville a prévu un accueil dans le salon Richelieu. Les uns lisent, d'autres jouent au scrabble ou aux cartes.
D'autres, tout simplement, font connaissance. Ainsi, Ginette, une alerte septuagénaire, a découvert que sa voisine de table était aussi sa voisine dans la vie. « On a discuté. À la fin, on s'est rendu compte que l'on habite en face l'une de l'autre dans le quartier Saint-Louis. » Du coup, les deux Brestoises ont décidé de se revoir.
19 h. Un long coup de sirène annonce la fin de l'opération de déminage. Bilan de la journée : un obus de 155 millimètres neutralisé. Les autres objets métalliques n'étaient, en fait, que des fûts de 200 litres, des grosses pièces de fonderie ou des tuyaux.
Deux autres opérations de déminage sont programmées au courant du mois d'août sur le plateau des Capucins. Mais elles n'auront pas l'ampleur de celle d'hier.

Source: Ouest-France

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,2 avec 203 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée