Syndrome de Diogène : comment se faire aider ?


Accueil > Blog > Actualités seniors

Catégorie Actualités seniors
Syndrome de Diogène : comment se faire aider ?
Syndrome de Diogène : comment se faire aider ?

Le syndrome de Diogène reste méconnu du grand public. Il est même souvent l’objet de fausses conceptions et d’une méconnaissance des véritables besoins des personnes qui en souffrent. Afin de pouvoir notamment apporter à ces personnes un accompagnement humain et ciblé, sensibiliser et informer les professionnels de santé grâce à une grande expérience terrain, M. Pierre Ludosky a créé l'association Survivre à l'insécurité, une appellation qui en dit long sur la gravité et les dangers de ce syndrome. Faisons le point sur le syndrome de Diogène grâce aux éclaircissements de ce spécialiste qui a accepté de répondre à nos questions.

 

Qu’est-ce que le syndrome de Diogène ?

Rappelons tout d’abord que le syndrome de Diogène ou trouble d’accumulation compulsive (TAC) se caractérise d’un point de vue extérieur par l’accumulation d’objets, une grande insalubrité du domicile et souvent une incurie de la personne vis-à-vis de son hygiène corporelle. Ce syndrome encore mal défini par la psychologie et la psychiatrie peut avoir une origine multifactorielle, s’exprimer de manière plus ou moins prononcée et toucher des personnes indépendamment de leur âge, de leur sexe et de leur catégorie socioprofessionnelle. Dans tous les cas, ce trouble induit une grande souffrance et des conséquences parfois dramatiques pour la vie socio-économique de la personne et même pour sa sécurité physique, d’autant plus si celle-ci est une personne âgée qui vit seule à son domicile. 

Pierre Ludosky explique que ce trouble représente un enfermement dont la personne a besoin d’être libérée par une aide extérieure mais pas n’importe laquelle. Dix ans d’expérience dans le domaine de Diogène, au plus près des personnes, lui ont permis de comprendre leurs réels besoins, d’acquérir leur confiance, élément clé de l’accompagnement, puis de créer l’association. 



Quelles sont les causes du syndrome de Diogène ? 

M. Ludosky attire notre attention sur le fait qu’il faut distinguer les facteurs d’un terrain propice au Diogène de ceux qui peuvent déclencher le syndrome, ces deux étapes se manifestant souvent avec un écart dans le temps, parfois des années plus tard. Il peut s’agir d’abus sexuels, de traumatismes, de choc émotionnel ou d’autres événements traumatiques, mais l’impact négatif de ces facteurs va aussi beaucoup dépendre de la réaction des proches au moment où la personne se confie. “Dans l’esprit de ces personnes, l’humain n’est pas fiable. Il n’est pas  bienveillant. Elles ont perdu leur confiance en l’être humain et c’est cette confiance qu’il faut leur permettre de retrouver. Lorsque l’on parvient à gagner cette confiance, on voit des personnes même très dures s’assouplir et me laisser les aider. Petit à petit, elles nous laissent entrer dans leur domicile pour y mettre de l'ordre alors que sans cette confiance c’est impossible.” Sur la base de ce terrain traumatisant où la confiance est rompue, sur la base d’un manque d’amour ou d’affection des parents ou d'un autre type de blessure ou de fissure mettant en jeu l’humain, le trouble de Diogène peut se déclencher plus tard dans la vie de la personne à la suite d’un échec professionnel, d’un jugement négatif de l’entourage au moment où la personne se confie sur son traumatisme ou d’un autre facteur déclenchant, car tout est resté là, camouflé dans un petit tiroir du cerveau sans vraiment disparaître.” 

Quelles sont les caractéristiques du syndrome de Diogène ? 

Le trouble de Diogène se caractérise par une tendance à accumuler toutes sortes d’objets dans son domicile de manière compulsive et en très grande quantité. Pierre Ludosky explique que “pour les personnes atteintes de ce trouble, l’objet est rassurant, il représente une forme de substitut à l’affection recherchée, un symbole de fidélité et d’absence de trahison, parce qu’un objet ne peut pas trahir. Seulement, comme il ne peut pas vraiment remplacer ces valeurs qui sont par définition uniquement humaines, la personne est en quête continue et ne trouve jamais de satisfaction. Elle accumule alors indéfiniment pour combler un vide qui ne se comble jamais. C’est une souffrance terrible.”

Les personnes atteintes de ce trouble sont souvent d’une catégorie socio-professionnelle élevée. Elles continuent généralement de travailler et occupent même des postes importants au sein de la société. Aux premiers abords, il est donc très difficile de repérer un syndrome de Diogène, d’autant que les personnes ne se confient pas facilement et font même tout pour dissimuler leur trouble. Elles ont également tendance à éloigner leurs proches pour ne pas les faire souffrir. Souvent, ce sont les voisins qui peuvent remarquer l’insalubrité de l’appartement et alerter mais même dans ces cas-là ce n’est pas évident parce que les personnes font bien attention de dissimuler l’intérieur de leur appartement au regard des autres. “Il est essentiel de faire passer le message au plus grand nombre pour que les personnes qui souffrent de ce syndrome parviennent à demander de l’aide et ne se sentent pas jugées. On estime que 4 à 6% de la population française manifesterait à divers niveaux d’avancement, une manie de l’accumulation compulsive. En créant un climat de confiance, on pousse les gens à se confier et c’est l’un des objectifs de l’association.” Il tient également à préciser que ce trouble n’est pas forcément lié à des problèmes psychiatriques, même si ceux-ci peuvent exister en parallèle à ce trouble. Ce sont des personnes qui peuvent tout à fait continuer leur activité professionnelle et ont même des capacités intellectuelles élevées. 

Peut-on soigner le syndrome de Diogène ?

Avec le temps, si la personne reprend confiance, elle pourra s’ouvrir à l’autre pour parler de son problème et, petit à petit, son comportement compulsif pourra diminuer, voire disparaître. “L’essentiel est la compréhension, l’affection. Oui, il y a un remède à Diogène. Le remède c’est l'être humain qu'il faut remplacer par la gentillesse, la compréhension. Grâce à un accompagnement durable,  on peut réassocier l’humain à l’humain”, explique Pierre Ludosky. 



Pourquoi le syndrome de Diogène peut-il représenter un danger pour la personne et pour les autres ?

La crainte de laisser entrer un étranger dans leur appartement et le manque de confiance à l’égard de tout être humain, poussent souvent les personnes avec un trouble de Diogène à se replier sur elles-mêmes, à s’isoler et à refuser l’intervention de professionnels à leur domicile. Si bien que toute réparation importante, contrôles de sécurité, dégâts des eaux ou autre problème lié à la sécurité du domicile et de l’immeuble peut être ainsi négligé. En plus de l’insalubrité qu’elle occasionne, une telle situation peut donc comporter de nombreux dangers pour la personne elle-même et pour les personnes de son entourage. Il est donc impératif d’agir pour aider les personnes à s’en sortir pour elles-mêmes, mais également dans un souci de santé et de sécurité publique. Pierre Ludosky tient également à démentir les nombreux préjugés que l’on peut avoir concernant les personnes qui souffrent de ce syndrome. “Si l’amoncellement d’affaires et de déchets rend leur domicile d’une insalubrité incomparable, ces personnes ne manquent pas de propreté. Elles ont une réelle volonté de propreté et la preuve en est qu’elles achètent souvent en très grande quantité des produits d’entretien ménagers qu’elles pensent utiliser mais qu’en fait elles n’utilisent jamais parce qu’elles n’y parviennent pas.” 

Grâce à une grande expérience de l’humain et une sincère volonté d’aider, Pierre Ludosky est parvenu à gagner petit à petit la confiance de nombreuses personnes atteintes de ce syndrome. Il a pu les écouter, parler leur langage, les comprendre et même entrer dans leur domicile. Il était ensuite plus aisé de faire venir des professionnels pour nettoyer le domicile mais avec des consignes bien précises pour respecter les craintes des intéressés et les ménager. Il est déjà intervenu également en Ehpad ou en milieux hospitaliers. 

Lorsque l’on souffre d’un syndrome de Diogène ou que l’on pense qu’un proche peut avoir besoin d’aide, il ne faut pas hésiter à se tourner vers une personne compétente. Il est possible de contacter l’association Survivre à l’insécurité afin de bénéficier de conseils et d’un accompagnement personnalisé. 



Rédaction : Rachel Gaillard
9 mars 2023

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,1 avec 757 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée