De jolis conteurs à la maison de retraite


Accueil > Blog > Vu sur le Web

Catégorie Vu sur le Web
De jolis conteurs à la maison de retraite
De jolis conteurs à la maison de retraite
« La vie a aussi le droit de rentrer ici » - Coutances





Deux conteurs ont inventé une histoire avec les résidents d'une des maisons de retraite de l'hôpital, hier. Une initiative aux multiples vertus, pas uniquement récréatives.
« Ce matin, les participants ont décrété que le printemps était arrivé ! Ça a été ça, notre point de départ... Un bon point de départ, même ! » Hier, c'était l'événement dans deux des maisons de retraite de l'hôpital de Coutances. Deux conteurs sont venus faire leur spectacle. Enfin, quand on dit « leur » spectacle, ce n'est pas tout à fait exact... François Epiard et son jeune collègue Steve Bernier avaient, au préalable, convié 26 résidents de la maisons de retraite des Lilas à participer à la création du conte.
Ceci n'était pas une première. Depuis fin janvier, François (le Normand) et Steve (le Québécois) visitent un à un les établissements bas-normands dans le cadre de l'opération régionale Culture à l'hôpital. Ils sont ainsi passés à Bagnoles-de-l'Orne, Valognes ou Saint-Lô, et le feront bientôt à Sées ou Argentan. À chaque fois, l'idée est de faire participer les résidents...

Au Québec ?

Hier, chacun des 26 résidents a apporté sa contribution à l'histoire. « Certains évoquent des souvenirs, d'autres inventent plus, explique François Epiard. Pour les stimuler, on a établi quelques contraintes : il y a un personnage principal (Martin-Martin), celui-ci vit dans une vallée, et puis il n'y a pas d'argent, ni de temps... Aujourd'hui, c'est donc l'idée du printemps et de jouer à colin-maillard qui a structuré notre histoire. »
À Coutances, c'est Sylvie Dauget qui porte les projets estampillés Culture à l'hôpital. Pour elle, ce moment est très important. « Bien sûr, il y a le spectacle en soi, mais le fait d'utiliser les histoires et les propres mots des résidents leur montre qu'ils peuvent encore participer, créer, être imaginatif... Ce, même quand on souffre d'Alzheimer ! Quand on vit à l'extérieur, on ne s'en rend peut-être pas compte, mais l'isolement et une certaine tristesse gagnent vite les résidents, assure celle qui est aussi la cadre de santé responsable des résidences Les Lilas et Les Pommiers. On ne peut pas accepter ça. La vie a aussi le droit de rentrer ici. Et si écrire est parfois compliqué, parler est beaucoup plus aisé. Être écouté, c'est valorisant. Il n'y a pas besoin d'être en maison de retraite pour être d'accord avec ça, non ? »
L'après-midi, à l'heure du spectacle, les deux conteurs se répondent en incorporant les éléments apportés du matin. Pendant près d'une heure et quart, une soixantaine de personnes les ont écoutés. Sans perdre d'attention. « Ce qui n'est pas évident, reconnaît Sylvie Dauget. Et maintenant, ce qui est bien, c'est que ce moment va nourrir leurs discussions. On ne va parler que de ça toute la semaine. C'est plus positif que la neige, et ce long hiver qui renferme chacun sur soi... »Convaincu par la portée de ce projet, Steve Bernier pense déjà à l'importer au Québec dès son retour là-bas début mars. « Dans mon pays, le système hospitalier a encore tout à faire. Les choses y sont très cloisonnées... La culture n'a pas encore sa place à l'hôpital. On n'est pas aussi avancés qu'ici sur cette question-là. »
D'ici à retrouver des bouts d'histoires coutançaises à Montréal, il n'y a qu'un pas. Ça serait un beau conte de fée pour les résidents des Lilas !

Source: Ouest France

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,5 avec 761 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée