Un pitbull pour égayer une maison de retraite


Accueil > Blog > Vu sur le Web

Catégorie Vu sur le Web
Un pitbull pour égayer une maison de retraite
Un pitbull pour égayer une maison de retraite
Ruby est attendue avec impatience toutes les deux semaines dans une maison de retraite de Bayport (Minnesota, nord des Etats-Unis). Si pour de nombreuses personnes, le pitbull est associé à des attaques parfois mortelles, cette femelle de plus de 25 kilos est ici utilisée ici à des fins thérapeutiques.

"Elle me rappelle le chien que j'avais", confie Irène Kreutz, qui a récemment fêté ses 94 ans. "C'est une chienne formidable".

Mary Jo Ducklow, chargée des activités au sein de la résidence Croixdale, n'éprouve aucune inquiétude lorsque Ruby est dans les parages. Les chiens thérapeutiques "sont totalement formés", observe-t-elle, notant que les dresseurs les habituent à ne pas se rebiffer si une chaise roulante écrase leurs pattes. Quant aux résidents de la maison de retraite, "ils sont détendus lorsqu'ils la caressent".

Pour de nombreuses personnes, le simple mot "pitbull" évoque immédiatement les combats de chiens et les attaques parfois mortelles contre les humains. En août dernier, un enfant de sept ans avait été tué par le pitbull de sa famille à Minneapolis. L'animal avait déjà mordu deux personnes auparavant et était enfermé dans un sous-sol.

Après deux attaques à Saint-Paul, un représentant du Parlement local du Minnesota, John Lesch, avait annoncé en juin dernier qu'il déposerait un texte de loi pour interdire cinq types de chien dans l'Etat, dont les pitbulls et les rottweilers. Le terme "pitbull" est l'appellation familière de l'American Staffordshire Terrier.

"Ruby n'est pas une exception", souligne Pat Bettendorf, son propriétaire. "Il y a beaucoup de pitbulls gentils (...) Nous ne disons pas que ces races sont pour tout le monde, mais c'est une question de dressage et de socialisation".

Elle est dressée au moins une fois par semaine dans un centre géré par un ancien policier et son épouse. Elle a subi des tests rigoureux avant d'intégrer les chiens thérapeutiques.
Ruby ne régale pas seulement les personnes âgées de sa présence. Elle a été auditionnée pour une pièce de théâtre et s'en est bien tirée mais a été refusée à cause de sa race, explique Patt Bettendorf. Deux semaines plus tard, lorsqu'il s'est avéré que le chien choisi ne donnait pas entière satisfaction, les Bettendorf ont reçu un appel leur demandant si la chienne était toujours disponible. Ils ont accepté.

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,8 avec 764 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée