Ces histoires de maintien à domicile qui tournent mal…


Accueil > Protection des personnes âgées

Catégorie Protection des personnes âgées
Ces histoires de maintien à domicile qui tournent mal…
Ces histoires de maintien à domicile qui tournent mal…
Si le maintien à domicile reste la volonté de la majorité des français et l’engagement des pouvoirs publics, il n’en reste pas moins que de vraies questions sécuritaires se posent.


Faire du maintien à domicile pour faire du maintien à domicile juste pour des raisons de tabous ou parce que les mots  « maisons de retraite » font frémir est irresponsable parfois.

Sans jugement aucun sur l’engagement des familles aux côtés de leurs proches, il arrive un moment où reconnaître ses limites peut sauver des vies.

L’actualité récente de ce mois de juillet laisse songeur et nous conduit ce mois ci à poser les jalons d’une vraie réflexion sur le maintien à domicile.

Alors que d’un côté, on entend beaucoup parler du maintien à domicile (y compris de la part des pouvoirs publics), force est de constater que les budgets alloués à celui – ci ne suffisent pas.

Il est des situations où le maintien à domicile coûte plus cher encore qu’une entrée en maison de retraite.

Plus la dépendance est importante et plus la facture des aides à domicile peut être élevée, pouvant aller jusqu’à 3000 euros par mois, alors que pour une entrée en maison de retraite, le coût moyen peut être estimé à environ 2000 euros.

Comment expliquer alors l’entêtement à se maintenir à domicile ?

La peur et l’absence de connaissance parfois conduisent les familles à se replier sur elles – mêmes.

Le cas de ce couple octogénaire habitants du Canet et ayant fait l’objet d’un fait divers au cours de ce mois de juillet est bouleversant.

Un fait divers : mourir seul à domicile et être découvert 17 jours après le décès !

L’histoire fait mal.

Il s’agit sûrement d’un petit couple d’amoureux, restés à domicile. Lui s’occupe d’elle, grabataire, il est son aidant principal. Mais les années pèsent déjà lourd sur ses épaules (il a 85 ans) et malgré cela, il refuse obstinément toute aide.

Les vacances sûrement y auront été pour quelque chose dans le dénouement tragique de ce maintien à domicile jusqu’au bout des forces de l’aidant.

Et voici donc ce « vieil amoureux », un matin de juillet qui se lève comme à l’ordinaire pour préparer sa journée. Lui est autonome et valide, elle non.

Le pire arrive, un arrêt cardiaque en s’habillant, il succombe devant elle, tombant dans son lit, à ses côtés sans qu’elle ne puisse faire quoique ce soit.

3 jours de souffrances à lutter contre la mort et pour quelle vie sans lui ? Elle accompagnera son destin dans des circonstances on imagine à quel point douloureuses tant physiquement que moralement.

Sans être alarmiste et sans jeter l’opprobre sur le maintien à domicile, il ne nous semble pas tolérable d’imaginer l’amour et la vie s’éteindre en une fraction de solitude.

Il est de notre devoir responsable de réveiller les questionnements, interrogations individuelles et collectives pour sécuriser toujours au maximum nos aînés.

Mourir de vieillesse oui mais jamais mourir de solitude.

Alors maintien à domicile ou entrée en maison de retraite, c’est vous qui choisissez mais surtout ne restez jamais isolés !

Faites – vous accompagner jour après jour dans vos démarches et acceptez vos limites. Ouvrez la porte à ceux qui vous tendent la main…

 

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,7 avec 809 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée