Les abus financiers sur les personnes âgées


Accueil > Protection des personnes âgées

Catégorie Protection des personnes âgées
Les abus financiers sur les personnes âgées
Les abus financiers sur les personnes âgées
Le médiateur de la république a récemment été chargé de veiller au respect des lois concernant la protection financière des personnes âgées.


En effet, il faut savoir qu’en France on considère qu’une personne âgée sur trois est victime d’abus financiers. Sur cet échantillon recensé, c’est un total de 15% âgé de plus de 65 ans qui considère avoir au moins une fois été la proie de maisons de retraite...
D’ailleurs les chiffres alertent de plus en plus l’opinion publique et les politiques, qui cherchent des moyens radicaux afin de mettre fin à ces excès illégaux. C’est pourquoi ce sujet, qui préoccupe et fait débat, est actuellement le centre d'intérêt d’un médiateur en charge de l’application des lois (en date du 5 mars 2007) en matière de protection des seniors. Cette loi, votée et mise en application il y a deux ans, a changé les conditions visant à protéger les abus financiers sur les personnes âgées sous tutelle ou curatelle (comme les personnes âgées dépendantes). Cette réforme a notamment pour but de garantir la volonté de ces personnes tout en respectant les vies et les chemins qu’elles ont choisi de prendre (maisons de retraite ou maintien à domicile...)
La loi est de son coté approuvée aussi bien sur le plan civil par les juges, que par les familles et les associations. En revanche, ce qui poserait problème, ce serait l'application de cette dernière qui parait aussi réaliste que délicate. C’est pourquoi, afin de tester l’efficacité de la loi, de nombreux directeurs d’établissements et de maisons de retraite ont été interrogés sur les causes de cette maltraitance pécuniaire.
Questions auxquelles les dirigeant s’empressent de dénoncer des personnels en sous effectif, des manques de moyens mis à disposition, et prônent un bouche à oreille rapide pour que cette loi connaisse enfin un essor considérable afin que le public et les autorités s’en fassent l'écho.
La cour d’appel de Paris, quant à elle, fait tout son possible pour limiter les cas de “main levée” et assurer une couverture plus grande en matière de protection financière et d’application de la loi aux personnes sous tutelle. Un contrôle régulier des comptes est recommandé afin d’en vérifier les moindres mouvements, de les justifier et d'être sûr qu’ils ne sont pas source de fraudes.
En 2011, rien, pas même une loi, ne peut assurer un risque zéro face aux malversations bancaires et financières subies par des personnes que l’on peut qualifier de “sans défense”. En revanche, dans une démocratie au système judiciaire solide, on vote des lois qui peuvent assurer une protection aux seniors qui en ont besoin. Il faudrait à présent démocratiser cette loi afin qu’elle prenne une ampleur suffisante pour dissuader les voleurs d’exceller dans leurs délits.

Source Le Figaro

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,7 avec 799 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée