Aidant: un rôle crucial


Accueil > Alzheimer et maisons de retraite

Catégorie Alzheimer et maisons de retraite
Aidant: un rôle crucial
Aidant: un rôle crucial

Pourquoi le rôle de l’aidant est-il si crucial ? Quelles sont les attitudes à éviter ? Comment se comporter en fonction des différents stades d’évolution de la maladie ? Comment préserver son intimité au sein du couple ? Tous les conseils des spécialistes de France-Alzheimer…

L’aidant, un être irremplaçable 

Absolument tout repose sur lui ou plutôt sur elle. Car l’aidant est généralement l’épouse, dans deux cas sur trois, âgée en moyenne de 68 ans. Parfois c’est l’époux, soutenu dans le meilleur des cas par ses enfants.

L’aidant doit veiller jour après jour au bien-être et à la sécurité de son proche surtout lorsque celui ci est atteint de la maladie d’Alzheimer.
En effet, il lui faudra également Le surveiller assidument pour éviter les fugues et les sorties intempestives. L’assister pour le choix de ses vêtements, l’aider à s’alimenter et à faire sa toilette. Pourvoir à ses besoins affectifs…La liste est longue, et nombreux sont ceux qui consacrent en moyenne 6,5 heures par jour entièrement à cette tâche. Puis, lorsque la dépendance s’accentue, il s’agit alors d’une aide constante, jour et nuit et 7 jours sur 7.

« Accompagner un proche souffrant d’Alzheimer est une expérience marquante sur le plan humain, émotionnel, physique et social »

conclue la psychologue-clinicienne Aude Comberieu, dans un rapport sur l’aide aux aidants Alzheimer. Ainsi, on y apprend que près d’un aidant sur deux souffre de dépression, 9 sur 10 se disent déprimés, épuisés et avec un retentissement certain sur leur propre santé, comme en témoigne l’usage accrue d’antidépresseurs, le report de soins par manque de temps, et plus grave encore une surmortalité chez les aidants Alzheimer, puisque plus de 40% des aidants familiaux tombent malade ou décèdent avant la personne atteinte d'Alzheimer.

Une vulnérabilité qui augmente avec les troubles du comportement, l’aggravation de la maladie, le nombre d’heures et d’années passées, et qui varie également en fonction de l’âge de l’aidant, de sa capacité d’adaptation, comme celle de pouvoir faire le deuil de la relation passée, de l’image de l’autre, et enfin de sa capacité à demander de l’aide…

Alzheimer : un sentiment d'impuissance

Tous souffrent ou ont souffert du sentiment d’impuissance, de la culpabilité, du poids du regard des autres, du manque de reconnaissance et d’entraide. Ils ont surtout un profond besoin de répit.
C’est bien évidemment, tout l’enjeu des formations spéciales Aidant Alzheimer dispensées gratuitement par l’association France-Alzheimer. Où tout commence par une meilleure connaissance de la maladie pour mieux l’appréhender. Et plus largement la mise en place d’halte-relais Alzheimer. Là, on y trouve le répit tant mérité, une information sans cesse actualisée sur la maladie et de précieux conseils pour tenir le coup.

Partagez cet article :



Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée