Que contiennent les vaccins anti-covid et comment seront-ils administrés en France ?


Accueil > Santé et bien-être seniors

Catégorie Santé et bien-être seniors
Que contiennent les vaccins anti-covid et comment seront-ils administrés en France ?
Que contiennent les vaccins anti-covid et comment seront-ils administrés en France ?

Tandis que le 24 novembre dernier Emmanuel Macron a dévoilé le plan de vaccination anti-Covid prévu pour la France, de nombreuses questions se posent. Parmi tous les candidats ayant atteint la phase 3, quels vaccins seront utilisés en France ? Comment fonctionnent-ils ? Comment les personnes âgées seront-elles concernées ? 

 

Lors de son allocution, le président a tout d’abord annoncé que, d’après les chiffres de l’épidémie, le pic de la seconde vague semble dernière nous. Il a ensuite expliqué son plan d’allègement du confinement avec trois dates clés, le 28 novembre, le 15 décembre et le 20 janvier, sous réserve d’un nombre de contaminations qui continuerait à diminuer. Les Français peuvent ainsi, depuis samedi,  se promener et pratiquer une activité physique à une distance de 20 km et durant trois heures. Les activités extra-scolaires peuvent reprendre, ainsi que les offices religieux, tout de même limités à 30 personnes. Commerces et services à domicile reprennent également mais dans le cadre d’un protocole sanitaire strict. Il faudra cependant attendre le 15 décembre pour sortir sans attestation et se déplacer d’une région à l’autre, si la situation sanitaire le permet. Une bonne nouvelle à l’aube des fêtes, même si le président à insisté sur le fait que les vacances de Noël seront différentes cette année. Au 20 janvier, enfin, les salles de sport et les restaurants pourront notamment rouvrir. Durant son discours, le président a également abordé le thème crucial de la vaccination.

 

Comment fonctionnent les vaccins actuellement en phase III d’essai clinique ? 

 

A l’heure actuelle, six vaccins ont atteint la dernière phase d’essai, la phase III, qui précède la validation et la commercialisation du produit. Les différents laboratoires concernés, répartis dans différents pays, ne se servent pas tous des mêmes procédés pour l’élaboration de leur vaccin. En voici les grandes lignes.  

 

Parmi les six candidats arrivés pour le moment au stade le plus avancé de la recherche, quatre d’entre eux sont des vaccins inactivés. Il s’agit du type de vaccination le plus largement utilisé depuis l’Institut Pasteur. La vaccination consiste en une injection du virus préalablement traité pour devenir inoffensif, dans le but de créer une réponse du système immunitaire. Comme bon nombre de vaccins qui fonctionnent à l’heure actuelle, le vaccin contre la grippe, notamment, est basé sur cette stratégie. A l’heure actuelle, quatre vaccins anti-covid en phase III reposent sur cette stratégie et sont notamment testés en Chine.

 

Les vaccins dits “sous-unitaires” ou “à protéine recombinante”, se concentrent sur l’une des protéines du virus, la protéine Spike, qui permet au virus de pénétrer à l’intérieur de la cellule. Le vaccin crée ainsi une protéine semblable qui provoque une réaction immunitaire permettant de neutraliser la protéine S du virus. Un seul vaccin actuellement en phase III se sert de cette méthode. Il s’agit du Novavax en provenance des Etats-Unis. 

 

La troisième catégorie de vaccins regroupe des vaccins à ARN ou à ADN. Cette technologie est la plus révolutionnaire. Simple et rapide, elle permet une production à grande échelle en un laps de temps record. Elle vise à retranscrire l’information génétique d’une partie du virus ayant pour effet de provoquer la production de la fameuse protéine S par la personne vaccinée elle-même. Ce sont les fameux vaccins des géants Moderna et BioNtech-Pfizer, actuellement en phase III d’essai clinique.  

 

Enfin, les vaccins à vecteurs viraux, dont la technique a, par exemple, servi à stopper l’épidémie d’Ebola en Afrique, utilisent un autre virus inoffensif pour transporter la portion de code du Sars-CoV-2  permettant de créer la production de la protéine S, protectrice du virus. Quatre vaccins de ce type contre le Covid ont atteint la phase III et notamment le fameux AstraZeneca de l’Université d’Oxford. Selon de récents comptes-rendus, le vaccin d’Oxford a montré une forte réponse immunitaire chez les personnes âgées de 60 et 70 ans, des résultats très encourageants concernant la protection des personnes les plus exposées à une forme grave du virus. D’autres résultats sont attendus dans les prochaines semaines. 

 

Quels vaccins anti-covid seront disponibles en France ? 

 En tête de liste figure le fameux vaccin BioNtech-Pfizer qui domine la course. Il devrait être en effet validé par l’Agence européenne des médicaments à la mi-décembre et être distribué en France en janvier 2021. La France a déjà précommandé un grand nombre de doses mais qui ne permettront pas de vacciner toute la population en une seule étape. Sur les recommandations de la Haute Autorité de Santé ( HAS), la France suivra donc cinq étapes de vaccination pour l’ensemble de la population.

 

Les personnes âgées seront-elles prioritaires de la vaccination contre le Covid-19 ?

 

Comme nous pouvions nous en douter, la vaccination se voudra “massive”, sous réserve d’une autorisation de la Haute autorité de santé. La campagne devrait débuter entre fin décembre et début janvier pour concerner en priorité les soignants, les personnes âgées et surtout dépendantes et les personnes souffrant de maladies chroniques. Les EHPAD devraient se trouver ainsi parmi les premiers servis.

 

Au cours de la première étape de vaccination, les personnes âgées résidant en Ehpad ou dans un autre type d'hébergement collectif devront être vaccinées, recommande la HAS. Les professionnels du secteur médico-social et du transport sanitaire travaillant dans les Ehpad ou dans les Unités de soins de longue durée (USLD) âgés de plus de 65 ans et/ou présentant des comorbidités seront également vaccinés. 

La deuxième étape cible les personnes de plus de 75 ans, puis les personnes âgées de 65 à 74 ans présentant une ou plusieurs comorbidités et enfin les personnes âgées de 64 à 74 ans sans comorbidités. Les professionnels du secteur médico-social et du transport sanitaire âgés de plus de 50 ans et/ou présentant une comorbidité seront également concernés. 

La troisième étape permettra de vacciner les personnes identifiées comme public prioritaire n'ayant pas été vaccinées au cours des deux premières étapes. A savoir les personnes de moins de 64 ans présentant une comorbidité et l'ensemble des professionnels du secteur médico-social et du transport sanitaire non concernés par les deux premières phases. En fonction de l'approvisionnement en doses, "la vaccination des professionnels issus des secteurs indispensables au fonctionnement du pays pourra être entreprise et déterminée par le gouvernement", précise la HAS, mentionnant les professionnels du secteur de la sécurité et de l'éducation. 

Les quatrième et cinquième étapes concernent le reste de la population. Les professions les plus exposées au virus et les personnes vulnérables et précaires présentant de facto plus de risques d'aggravation de la maladie en cas d'infection devront être vaccinées dans un premier temps, avant que le vaccin ne soit ouvert aux personnes âgées de plus 18 ans et ne présentant pas de comorbidités.” (Franceinfo) 

Les trois premières étapes concernent ainsi apparemment les personnes susceptibles de développer une forme grave du virus.  

Lors de son allocution, le président a également souligné un fait important, à savoir qu’il n’est pas prévu de rendre la vaccination obligatoire. La question apparaît comme cruciale et vise sans doute à rassurer, à l’heure où 59 % des Français affirment ne pas envisager de se faire vacciner, selon un sondage Ifop pour le JDD. Une nouvelle campagne de vaccination sera vraisemblablement organisée au printemps prochain selon les doses de vaccins disponibles. 

L'accord des intéressés et des familles pour vacciner en EHPAD

Parmi les détails évoqués par Olivier Véran concernant la mise en pratique de la vaccination en EHPAD, le ministre des solidarités et de la santé a expliqué que cette étape cruciale nécessitera une logistique d'aplomb à laquelle le gouvernement se prépare. Les EHPAD qui figurent parmi les candidats privilégiés au vaccin contre le Covid devraient pouvoir débuter la vaccination en janvier 2021. Olivier Véran a ainsi évoqué le "parcours patient" prévoyant une consultation médicale en amont de la vaccination, durant laquelle le médecin vérifiera l'état de santé du patient et les éventuelles contre-indications à la vaccination. Lors de cette consultation, le médecin exposera également au patient le rapport bénéfices-risques du vaccin et recueillera son consentement ou celui de la famille en cas d'incapacité du patient à le donner lui-même. La vaccination pourra être réalisée lors de cette même consultation. Un suivi médical sera également assuré après la vaccination. Le ministre a assuré que "la vaccination se fera[it] dans le plus strict respect des règles qui encadrent l'utilisation des produits de santé dans notre pays". Il a insisté à plusieurs reprises, tout comme le premier ministre, sur le fait que la vaccination ne serait pas obligatoire et que le "libre choix" des citoyens serait respecté.

 

La course effrénée au vaccin anti-covid toucherait-elle enfin à sa fin ? Plusieurs signes semblent l’annoncer. Une chose est sûre, dans l’intervalle et même après les premiers déploiements des vaccins, les professionnels recommandent de continuer à respecter les gestes barrières, qui restent, à l’heure actuelle, le meilleur moyen de diminuer les risques de contamination. 

 

Sources : Franceinfo

* Gerontonews

               

Nos conseillers en gérontologie sont à l'écoute des familles concernant les mesures de protection contre le Covid adoptées dans les différents établissements. 

N'hésitez pas à nous contacter au 0805 14 14 14 

 

 

 

Rédaction : Rachel Gaillard
Rédactrice en chef
30 novembre 2020, à 22h06

Covid19 - #6 La course au vaccin

Voir la vidéo

Partagez cet article :



Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée