Maisons de retraite: Rationnement budgétaire


Accueil > Protection des personnes âgées

Catégorie Protection des personnes âgées
Maisons de retraite: Rationnement budgétaire
Maisons de retraite: Rationnement budgétaire
Personnes âgées . Au moment où le gouvernement baisse les crédits pour de nombreux établissements, la Fédération hospitalière lance une opération transparence.



« Nous voulons faire la transparence sur la qualité de la prise en charge des personnes âgées dans nos établissements », expliquait hier, devant la presse, le président de la Fédération hospitalière de France, Claude Évin, en présentant l’opération lancée par l’institution. D’ici au mois de novembre, les responsables des établissements d’hébergement et de soins de personnes dépendantes, gérés par la FHF (soit la majorité de l’offre en ce domaine), vont être invités à renseigner une grille d’indicateurs permettant d’établir le service pouvant être rendu chez eux. Ces renseignements seront offerts au public, sur le site hôpital.fr. Établis en collaboration avec le Syndicat national de gérontologie clinique, les indicateurs portent sur l’ensemble des conditions de fonctionnement de la maison de retraite, inclus les taux d’encadrement des résidents en personnels. Au final, « les responsables pourront dire aux familles : voilà, selon le taux d’encadrement, la qualité de service que nous pouvons rendre ».


De plus en plus de besoins médicaux


Cette opération survient à la suite de la médiatisation d’affaires de maltraitance et dans le contexte d’une pénurie persistante de crédits pour les maisons de retraite. Pour améliorer la prise en charge des personnes âgées, les pouvoirs publics multiplient les « recommandations de bonnes pratiques » à l’intention des professionnels, mais ces consignes sont « décontextualisées », pointe la FHF. Les établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes (EHPAD) reçoivent des résidents à un âge de plus en plus avancé, où ils ont de plus en plus besoin de soins médicaux. Or, on compte aujourd’hui, à peine 0,6 agent, tous personnels confondus, par résident. Les pouvoirs publics eux-mêmes, dans le sillage de la catastrophe de la canicule d’août 2003, avaient reconnu qu’avec un tel ratio, les EHPAD ne pouvaient offrir un accueil de qualité, et le plan solidarité grand âge, adopté en 2006, avait retenu l’objectif d’une augmentation du ratio à un professionnel pour un résident.


Un soignant pour un résident, oublié


Le taux d’encadrement en personnels soignants (infirmiers, aides-soignants, aides médico-psychologiques) est encore plus faible : entre 0,25 et 0,30 par résident. Avec un tel ratio, il n’est tout simplement pas possible de suivre les recommandations officielles, dont le bien-fondé n’est pas contesté, a montré, hier, le docteur Anne-Marie Lussier, vice-présidente du Syndicat national de la gérontologie clinique. Impossible de laisser un temps suffisant pour le repas, de donner des bains aussi fréquemment qu’il le faudrait, d’accompagner régulièrement la personne aux toilettes… Au travers de ces tâches concrètes, quotidiennes, se jouent « l’autonomie, la citoyenneté des personnes âgées », rappelle Anne-Marie Lussier, relayant le ras-le-bol des soignants qui « en ont assez d’être stigmatisés », de devoir « écoper en permanence pour que le bateau ne coule pas ».


En dépit de cet état des lieux, le gouvernement vient de réduire les moyens alloués en personnels soignants. Une circulaire budgétaire en date du 13 février prévoit en effet de bloquer, d’abord, puis de réduire progressivement jusqu’en 2016, la dotation de tous les EHPAD dépassant aujourd’hui un certain « plafond ». Près de 500 établissements, en majorité du secteur public, hébergeant 44 000 personnes, devraient ainsi voir leurs moyens diminuer. Huit millions d’euros d’économies sont attendues dès cette année. Valérie Letard, secrétaire d’État à la Solidarité, tente de justifier ce mauvais coup en arguant que ces « efforts » permettront de mieux doter les maisons de retraite les moins bien loties. Sans parvenir à faire oublier que le gouvernement a ainsi renoncé à son objectif d’augmenter, jusqu’à un soignant pour un résident, le niveau de médicalisation des EHPAD. « D’accord, il y a la crise, mais est-ce sur les personnes âgées qu’il faut faire des économies ? » interrogeait hier une responsable de la FHF, en déplorant le « message très négatif » envoyé aux équipes soignantes, souvent déjà en état de « souffrance ».



Source: l'Humanité

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,6 avec 798 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée