La maladie d'Alzheimer détectable 10 ans avant son diagnostic


Accueil > Alzheimer et maisons de retraite

Catégorie Alzheimer et maisons de retraite
La maladie d'Alzheimer détectable 10 ans avant son diagnostic
La maladie d'Alzheimer détectable 10 ans avant son diagnostic
La revue médicale américaine Neurology publiait récemment une étude stipulant que les premiers symptômes de la maladie neurodégénérative d'Alzheimer feraient leurs apparitions bien avant le diagnostic même de la démence. Comment cela est-il possible ?
Des chercheurs de l'université d'Harvard ont en effet découverts, après divers rapports et analyses, un début de dégradation de certaines zones du cerveau chez leurs patients. Voici comment l'étude s'est déroulée : un échantillon de personnes âgées de 75 ans et plus répondant à un double critère ont été testés. En effet, les conditions que les candidats devaient assurer étaient d'être d'une part en parfaite santé et d'autre part dotés d'une mémoire intacte. Ces derniers ont été évalués par le biais d'un examen cérébral : l'IRM (imagerie par résonance magnétique).

Le constat fut le suivant : sur 64 personnes analysées et après résultats radiologiques rendus, les médecins ont réussi à détecter des débuts de déficiences cérébrales sur chacune d'entre elles. Pourtant, sur cet échantillon de personnes, aucune ne présente de démence latente ou précoce, aucune n'a été sujette à un choc d'ordre émotionnel justifiant d'éventuelles lésions.

Afin de donner une dimension plus concrète au problème, l'équipe médicale a mis en oeuvre une technique d'analyse répartie sur plusieurs années. Les périodes attribuées à chaque patient varie entre 7 ans jusqu'à 11 ans de suivi permanent.
Des sous-groupes (un groupe de 11 et un de 9 personnes) ont été crées à l'effigie des recherches, chacune classée en fonction du volume de son cortex (couches de neurones cérébrales). Après quelques temps, il est intéressant de remarquer que le volume du cortex est un facteur aléatoire. Par exemple, les personnes testées et ayant un cortex volumineux n'ont pas développé la maladie, alors que sur le groupe de 11 , 55 % d'entre elles ayant un cortex plus petit en ont été atteint. Quant à ceux dont le volume du cortex était moyen, une moyenne inquiétante de 20% des personnes du groupe développaient également Alzheimer.


Certes, les résultats restent encore à un stade exploratoire, mais permettraient sur le plus long terme, de déterminer des diagnostics d'avant-garde qui stopperaient la maladie à son stade préliminaire.

Partagez cet article :

Note de l'article :

4,3 avec 797 avis

Merci d'avoir noté cet article!

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre commentaire a bien été pris en compte.

Modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.



Commentaires :



Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée