Maladie de Huntington : Quels sont les traitements ?


Malheureusement, la maladie de Huntington autrefois désignée sous le terme Chorée de Huntington est une maladie encore incurable. Bien qu'il n’existe à ce jour aucun remède apte à la guérir, différents traitements sont envisageables. Ils permettent de réduire ses diverses manifestations et de prévenir les éventuelles complications qui pourraient être fatales au malade.

 Les traitements médicamenteux

Afin d’aider les malades souffrant de la maladie de Huntington à disposer d' une plus grande maitrise de leurs mouvements et d'une certaine constance dans leurs humeurs, les médecins préconisent différents traitements médicamenteux :

    • L’utilisation d’antipsychotiques comme l’halopéridol, l'olanzapine ou la chlorpromazine est conseillée si le patient souffre de délire violent ou d’épisodes hallucinatoires.
    • L’utilisation de tranquillisants comme la paroxétine, les benzodiazépines, les bêta-bloquants ou la venlafaxine, s’impose lorsque le comportement du patient devient ingérable.
    • L’utilisation de la toxine botulique permet de diminuer la dystonie, à savoir ces troubles du tonus musculaire caractérisé par des contractions musculaires involontaires et responsables d'attitudes anormales. La dystonie peut être accompagnée de tremblements. Ainsi, la toxine botulique permet d’empêcher les crispations notamment au niveau de la mâchoire.
    • L’utilisation d’antidépresseurs comme le chlorhydrate de sertraline, la nortriptyline ou la  fluoxétine s’impose lorsque le malade d’Huntington est atteint de troubles obsessionnels-compulsifs. A ces antidépresseurs, s’ajoutent souvent   des médicaments dits stabilisants de l’humeur comme le lithium, la carbamazépine ou le valproate.
    • La Tétrabénazine est utilisée pour soigner les mouvements involontaires  associés à la maladie de Huntington. Mais ce médicament ne peut être administré qu’à des doses très faibles car il provoque de très nombreux effets secondaires tels que des nausées, de l’hyperexcitabilité ou de la fatigue et une très forte somnolence. Ce médicament pourrait même, administré à trop fortes doses, augmenter les risques de dépression grave.

Les dispositions à prendre au niveau nutritionnel


Les malades de Huntington doivent avoir une alimentation très surveillée, comportant de nombreux fluides afin d’éviter la déshydratation et des aliments à forte valeur nutritive.

En effet, pour les malades souffrant de la maladie de Huntington, s’alimenter présente de grandes difficultés d’ordre pratique à cause du manque de coordination de leurs mouvements.
Souvent, ils accusent également des troubles de la déglutition qui peuvent entrainer un risque d’étouffement. Aussi, les aidants de ces malades souffrant de la maladie de Huntington doivent couper tous les aliments en petits morceaux ou les mixer avant de les servir.

Fréquemment, on leur prescrit des compléments alimentaires. Dans le cas où le malade a perdu ses capacités musculaires, on utilisera un tube d'alimentation, tel qu'une sonde gastrique.

Maladie de Huntington et forme physique

Afin d’améliorer leur qualité de vie et de rester en forme le plus tard possible, il est conseillé aux malades atteints de la maladie de Huntington, de pratiquer des activités physiques, et de préférence en compagnie d’autres personnes.  La meilleure façon de conserver une vie sociale le plus longtemps possible.
La marche doit être encouragée à condition de limiter les risques de chute.
D’autre part, toutes les activités de loisirs auxquelles le malade peut participer contribueront à l’aider à garder un bon moral.


Partager
 Demande urgente

Vous cherchez
une maison de retraite?

Trouvez en 2 clics une maison de retraite près de chez vous, grâce à notre annuaire intéractif !

Inscription à la newsletter :