La DMLA, cette dégénérescence maculaire liée à l'âge: Qu'est ce que c'est ?


On connait désormais les deux grandes formes de DMLA: la forme humide à évolution rapide et la forme sèche plus lente mais également destructrice. Des thérapies existent pour arrêter l'évolution de la forme humide mais rien n'existe encore contre la forme sèche qui affecte la vie et le quotidien de 800.000 personnes. Même si l'espoir demeure avec l'étude de molécules en cours d'évaluation, capables d'empêcher la mort prématurée des cellules rétiniennes.

Des difficultés à lire, à regarder la télévision, à conduire, la vision centrale est en effet durement affectée par cette maladie. Néanmoins, la vision périphérique, elle, reste intacte et permet aux personnes atteintes de conserver une certaine autonomie dans les gestes de la vie quotidienne tels que s'habiller et s'alimenter.

D'où vient-elle ?

La principale cause de la DMLA  reste l'âge. Ainsi, sa fréquence augmente avec le vieillissement : elle touche 1 % des personnes de 50 à 55 ans, 10-12 % entre 55 et 65 ans, 15 à 20 % des 64 à 75 ans. Au-delà, 25 % des plus de 75 ans et 30 % des plus de 80 ans sont concernés.

A cela s'ajoutent d'autres facteurs de risque constatés par plusieurs études épidémiologiques, tels que le tabac qui multiplierait par 6 le risque de développer une DMLA. Mais aussi l'obésité qui augmenterait sensiblement le risque de DMLA. Parmi les facteurs de risque figurent également des antécédents de chirurgie de la cataracte et des antécédents familiaux. Les femmes sont plus touchées que les hommes.

Comment prévient-on la DMLA ?


Parmi les façons de prévenir la DMLA , une attention particulière est portée sur:

    • Un contrôle régulier chez l'ophtalmologiste dès l'âge de 50 ans afin de détecter d'éventuelles tâches blanches du fond de l'oeil.
    • L'absence de tabac: Les fumeurs ayant plus de risques de développer une dmla.
    • L'alimentation: elle doit être équilibrée, suffisamment riche en Oméga 3 (présent notamment dans tous les poissons gras), et pauvre en lipides.

Ainsi selon les spécialistes, tel que Lionel Bretillon, chercheur au centre INRA, l'institut scientifique de recherche agronomique, de Dijon:

"Plusieurs études ont montré qu'une déficience en Oméga 3 conduit à un appauvrissement en DHA de la rétine. Or, une carence en DHA - un dérivé d'oméga 3- diminue l'efficacité de la transduction visuelle (dépolarisation de la rétine). A l'inverse, la consommation d'aliments riches en Oméga 6 (une autre forme d'acide gras d'acide linoléique) augmente le risque de développer une DMLA. Par contre, la consommation d'aliments riches en Oméga 3 diminue ce même risque".

Par ailleurs, la suppression des autres facteurs de risque comme le tabagisme et le surpoids, reste très important :"Quand une DMLA est diagnostiquée, le médecin incite fortement le patient à réduire voire stopper son tabagisme pour limiter le développement de la maladie" précise Lionel Bretillon.

Enfin, seul le dépistage à travers un examen du fond d'œil  pratiqué à partir de 55 ans, voire 50 ans en cas d'antécédents familiaux permet de diagnostiquer la DMLA.  En savoir plus.

Partager
 Demande urgente

Vous cherchez
une maison de retraite?

Trouvez en 2 clics une maison de retraite près de chez vous, grâce à notre annuaire intéractif !

Inscription à la newsletter :